Mes dernières chroniques

http://laviscoccinelle.blogspot.fr/2017/01/harry-potter-et-lenfant-maudit-theatre.htmlCouverture Sauveur et fils, tome 2Couverture La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiverCouverture Minuit ! : 12 histoires d'amour à Noël

lundi 31 mars 2014

C'est lundi, que lisez-vous? 31/03/2014


Ce rendez-vous a été initialement créé par Mallou.
Nous y répondons à trois questions:
 
 
Qu'ai-je lu cette semaine?
 
Cette semaine, j'ai lu:

"Peter Pan", de James Matthew Barrie

 

Que suis-je en train de lire?

Je suis en train de lire:

"La planète des singes", de Pierre Boulle

 

 
Que vais-je lire ensuite?
 
Ensuite, je lirai:
 
"Un avions sans elle" de Michel Bussi
 
 
Bonnes lectures à vous,
 
À très vite,
Coccinelle

Peter Pan

Peter Pan,
de James Matthew Barrie
Éditions Folio Junior
239 pages

4ème de couverture:
C'était un vendredi soir. Les parents de Wendy, Michael et John étaient absents, et la nurse Nana, une chienne terre-neuve, était attachée dans la cour. La voie était libre pour que Peter Pan, le garçon qui refusait de grandir, vienne chercher son ombre, et entraîne les enfants vers le Pays de Nulle Part. Un île enchantée habitée par des Peaux-Rouges, des fées et des pirates commandés par le sinistre capitaine Crochet, qui ne cherche qu'à se venger de Peter Pan... et à échapper au crocodile qui a déjà dévoré sa main droite!

Mon avis:
Le livre:
La première chose qui m'a frappé, c'est que l'écriture est beaucoup plus difficile et dure que ce que je pensais venant d'un conte pour enfant. D'ailleurs, je ne m'en étais pas rendue compte, mais il est bien écrit, sur la 4ème de couverture: À partir de 11 ans.
Rien que cet élément dans la narration m'a interpelée, mais je n'étais pas au bout de mes surprises...

La deuxième chose qui m'a paru bizarre, c'est tous ces éléments fantastiques dans le monde réel, qui est censé être celui dans lequel nous vivons: la mère peut ranger les pensées de ses enfants, on peut attraper une ombre, etc. Si cela s'arrêtait là, je pourrais accepter, en me disant qu'après tout, ce livre est Peter Pan et qu'il nous promettait des éléments étranges. Mais que la nurse, Nana, donc un chien, puisse parler, brosser les enfants et les mettre au lit m'a... je ne dirais pas choquée... perturbée! Voilà, ça m'a perturbée! En plus, elle remplace totalement les parents dans les tâches à effectuer auprès des enfants.
D'ailleurs, au début, il me semblait qu'ils n'étaient pas si attachés que cela à eux. Ce n'est qu'après avoir lu qu'ils "étaient heureux" tous ensembles, que je me suis dit qu'ils n'étaient peut-être pas si méchants que ça. Je ne sais pas quoi exactement dans l'écriture m'a induite en erreur, mais même après avoir lu ce passage, je ne pouvais encore m'empêcher de les imaginer indifférents de tout.

Toujours dans les personnages, il faut savoir que la fée qui suit Peter Pan partout ne s'appelle pas "La fée Clochette" mais la fée Tinn-Tamm, ce qui, je trouve, lui correspond bien. Déjà puisqu'il fait penser aux bruits des clochettes (bruits qu'elle émet lorsqu'elle se déplace) mais aussi car il va bien avec son caractère: je trouve que "Tinn-Tamm" fait un peu "vilaine", "désagréable", etc. Ah oui, car il faut savoir que cette fée-là n'est pas gentille. Elle n'aime que Peter, à un point même qu'elle devient jalouse de Wendy dès la première seconde où elle l'a voit avec lui, alors qu'ils ne sont qu'amis.
J'ai apprécié la petite poésie qui se dégage de la vie d'une fée: lorsqu'un enfant rit pour la première fois, une fée naît. Mais à chaque fois qu'un humain affirme ne pas croire aux fées, il y en a une qui meurt. J'ai trouvé cela assez beau...

Une question que je me suis souvent posée au fil de ma lecture, est: mais qui est donc le narrateur? Cette personne extérieure mais qui pourtant donne son avis et emplois le pronom "je" pour parler de lui? Ne trouvant pas la réponse à ma question, j'en ai conclus qu'il s'agissait de l'auteur, sans pour autant en être sûre...

Pour finir, je vais parler des deux personnages les plus importants: Wendy et Peter.
Tout d'abord Wendy... je crois que c'est mon personnage préféré, pour la simple et bonne raison qu'elle est la seule à se souvenir de ses parents et à ne pas vouloir les oublier, alors que ses frères, John et Michael finissent par oublier qui ils sont et à croire que Wendy est réellement leur mère.
Ce qui m'amène à la deuxième chose dont je voulais parler à propos de ce personnage, et qui ne m'a paru pas très cohérent. C'est que Wendy veut partir dans le Pays de Nulle Part pour remplacer les mères que les enfants perdus (qui vivent là-bas) n'ont jamais connus. Qui serait attiré par l'idée d'être promise à faire la cuisine et le nettoyage tous les jours? La seule raison qui me vienne à l'esprit est: c'est une enfant, qui est encore dans l'idée de jouer à papa et maman... donc après tout, soit, pourquoi pas, même si ce n'est pas forcément logique. Je me souviens qu'à son âge, j'avais beau aimé jouer à papa et maman, je n'aimais pas pour autant rapiécer les habits et recoudre les trous aux genoux...

Pour Peter, c'est, au contraire, le personnage que j'ai le moins aimé. Même le Capitaine Crochet m'a plus plu. Lui, au moins, avait une certaine politesse et un certain sens de savoir vivre... oui, car Peter en est entièrement dépourvu. C'est un petit garçon imbu de sa personne et se moquant de la vie des autres. Dès le début, quand les trois frères et sœurs partent avec lui, et qu'ils s'endorment (en perdant leurs facultés de voler) durant le trajet, Peter ne les sauve que pour se vanter de les avoir rattrapé le plus bas possible. Dans le livre, ils disent d'ailleurs très bien qu'il est sans pitié: il tue le moindre enfant ayant l'affront de grandir! Un personnage, donc, qui ne m'a pas trop plu...

Mon avis final:
Et bien, finalement, je dois bien avoué être plutôt déçue... Je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus magique avec une écriture beaucoup plus fluide et légère... ce qui n'a pas été le cas. Pour résumé, j'ai trouvé le livre très bizarre et n'ai pas aimé Peter alors que je pensais qu'il serait au contraire mon personnage préféré.

samedi 29 mars 2014

Ne t'inquiète pas pour moi

Ne t'inquiète pas pour moi,
D'Alice Kuipers
Éditions Albin Michel Jeunesse
242 pages

4ème de couverture:
 
Une correspondance par Post-it sur le frigo
Entre une mère et sa fille.
Lorsque la mère tombe malade,
Le temps presse mais l'espoir demeure.
Un livre comme un trésor qui chuchote à l'oreille
l'importance de ceux qu'on aime...
 
Mon avis:
Tout d'abord, je préfère prévenir avant ma critique que le livre est assez court, ayant très peu de texte par page. Je vais essayer de ne pas trop révéler de l'histoire, même si le gros est déjà dit dans le résumé, mais ce ne va pas être facile...
 
La couverture:
On voit le lapin de la famille... hum! La tête en bas, avec sa cage maintenue sur ses pattes. Bon alors, je suis d'accord, elle est assez étrange, mais finalement, après avoir lu le livre, on peut comprendre un peu le lien avec l'histoire, même si ça reste assez vague...
 
Le livre:
Ce n'est pas vraiment lié au livre en lui-même, mais je préfère le titre anglais (life on the refrigerator door) que le titre français. Cela n'a pas grande importance, mais je le trouve plus pertinent et beau... Enfin, bref!
 
Dans ce livre, les événements vont crescendo: il ne s'agit au début que de simples listes de courses ou de petites indications pour prévenir qu'un tel a appelé par exemple, puis de messages où la mère dit vouloir parler à sa fille d'un "problème". Il y a alors deux phases: celle ou la mère refuse de s'avouer être atteinte d'un cancer du sein, puis celle où elle le reconnaît et cherche à vivre malgré tout. Ce changement dans l'attitude de la mère reflète assez bien les différentes étapes lorsque l'on apprend que l'on est atteint d'une maladie grave: je trouve que cela sonne plutôt juste.
 
Il n'y a pas que ce changement qui s'effectue dans le livre: alors qu'au début la mère protège sa fille, ce sera petit à petit la fille qui s'occupera de la mère, d'autant plus qu'au début du livre, elle était assez égoïste avec sa mère et s'en repentie maintenant. Elle cherchera des livres ou des poèmes parlant de maladies et de personnes qui y ont survécus, afin de lui remonter moral.
 
Mon avis final:
C'est un livre doux sur la maladie et les répercussions sur la personne atteinte et sa famille. Néanmoins, je l'ai trouvé un peu trop court et je pense que les personnages auraient pu être plus développés. Même si l'on ressent bien leurs changements de comportements, ils restent finalement assez "effacés".
 

jeudi 27 mars 2014

Oksa Pollock tome 1: L'inespérée

Oksa Pollock tome 1: "Linespérée"
de Anne Plichota et Cendrine Wolf
Éditions Pocket Jeunesse
619 pages

Description:
Oksa, une jeune française de 13 ans, déménage avec sa famille en Angleterre pour le travail de son père, restaurateur. Alors qu'avec son ami Gustave Bellanger (allias Gus) elle devra s'intégrer dans son nouveau collège et faire face au terrible professeur Mc Graw, elle découvrira le secret de ses origines duquel sa mère n'a jamais été informée:
Sa famille viendrait d'un monde invisible de du-dehors, Édifia. Là-bas vivraient les du-dedans, doués de pouvoirs magiques et cohabitant avec des créatures plus étranges les unes que les autres.
Mais une guerre a éclaté contre les félons (ennemis de l'équivalent de la couronne pour les du-dedans), le Grand Cahos, et le portail reliant Édifia à du-dehors a été fermé, juste après la fuite de quelques du-dedans, desquels fait partie la famille d'Oska.
Je ne sais pas si tout ça est très clair... Enfin, bref:
Oksa est leur Insespérée, celle qui pourra rouvrir le portail.
Commence alors l'apprentissage de la jeune fille de ses pouvoirs magiques et de la maîtrise de sa colère.

Mon avis:
La couverture:
On voit Oksa lançant une boule de feu... rien d'extraordinaire, mais elle est néanmoins assez attirante du fait que le dessin est plutôt bien fait et que les couleurs sont chaudes.

Le livre:
Oksa Pollock est un livre facile à lire avec une histoire entraînante. L'écriture assez simpliste facilite l'immersion dans les événements, mais, selon moi, limite l'âge des lecteurs (jusqu'à 13 ans pour ce premier tome en tous cas).

En voyant le nombre de créatures et de personnages, j'avais peur de m'y perdre, surtout qu'ils arrivent ) peu près tous en même temps. Heureusement, on s'y retrouve parfaitement, ayant tous des comportements et des spécialités différentes. Comment ne pas être attaché à la naïveté de l'Insuffisant, la serviabilité des Foldingots, aux vannes des Gétorix et à cette peureuse de Goranov.

Oksa est une héroïne, qui, malgré certains moments où je l'ai trouvé un peu bête, comme à la fin est tout à fait crédible (ni trop intelligente, ni trop forte etc. bref: une personne normale comme on pourrait en rencontrer dans la vraie vie). Édifia est aussi assez crédible, ce qui est un bon point.

Les liens qui l'unissent à sa famille sont très forts: elle plaisante souvent avec son père, se confie à sa Grand-mère, s'inquiète beaucoup pour sa mère... -spoile, surligner la partie qui suit pour lire le spoile- inquiétude qui ne fait qu'augmenter quand celle-ci se retrouve en fauteuil roulant pas sa faute -spoile-.

Par contre, ceux qui l'unissent à Gus sont particuliers: ils s'apprécient beaucoup, il est même évident qu'ils s'aiment. Tout l'intérêt de leur relation repose dans le fait qu'ils ne se l'avouent pas. Gus pousse même cette "ignorance" jusqu'à être attiré par quelqu'un d'autre.

Mon avis final:
Un livre sympathique mélangeant actions et sentiments pas excellent, mais divertissant malgré quelques bémols. Parmi eux, le fait que le livre soit plus destiné aux jeunes ce qui fait que je l'ai moyennement aimé. Mon avis ne compte bien sûr que pour moi, ce n'est pas une généralité. Je pense que des personnes un peu plus jeunes peuvent l'adorer, mais moi, mon avis est:


le principal point faible étant qu'il soit destiné pour plus jeunes. Voilà pourquoi je précise bien que mon avis ne compte bien sur que pour moi: ne vous détournez pas d'une lecture pour UN avis mitigé.

mercredi 26 mars 2014

Mes acquisitions... 26/03/2014

Ce sera donc le premier article dans cette catégorie. Dans les "Mes acquisitions" je perlerai des livres que j'ai reçu ou que j'ai acheté ou commander... Bref, tous les nouveaux livres qui s'ajoutent à ma PAL. Le rendez-vous "Mes acquisitions" est le même, sauf le nom, que "In My Mail Box".

Mes acquisitions 26/03/14
 
 
Aujourd'hui, j'ai reçu de la poste 4 livres commandés samedi sur Cultura. Ce sont:
 
 
"Cœur cerise" de Cathy Cassidy
"Tour B2 mon amour" de Pierre Bottero
"Un avion sans elle" de Michel Bussi
"Claude Gueux" de Victor Hugo
 
J'ai réussi à un peu vider ma wish-list!
Enfin! ^^


lundi 24 mars 2014

C'est lundi, que lisez-vous? 24/03/14

 
Ce rendez-vous a été initialement créé par Mallou.
Nous y répondons à trois questions:
 
 
Qu'ai-je lu cette semaine?
 
Cette semaine, j'ail lu:
 
"Le temps des miracles" de Anne-Laure Bondoux
 
 
 
et Insaisissable tome 2: "Ne m'échappe pas" de Tahereh Mafi
 
 
 
Que suis-je en train de lire?
 
Je suis en train de lire
"Peter Pan" de James Matthew Barrie
À vrai dire, je ne l'ai pas encore commencé, mais demain, ce sera fait! ^^
 
 
 
Qua vais-je lire ensuite?
 
Ensuite, je lirai:
"La planète des singes" de Pierre Boulle.
Je n'ai vu aucun des films, sauf le dernier "La planète des singes: origines" et ça m'a redonné envie de lire le roman (car ça faisait un moment que je voulais les lire)
 
 
Bonnes lectures à vous,
Et désolée pour les photos des deux dernières couvertures qui ne sont pas bien coupées et qui, pour celle de "La planète des singes" a légèrement subie le flash! ^^
 
À très vite,
Coccinelle


dimanche 23 mars 2014

Insaisissable tome 2: Ne m'échappe pas

Insaisissable tome 2: Ne m'échappe pas
de Tahereh Mafi
Éditions Michel Lafon
453 pages

4ème de couverture+ résumé du livre:

Mon pouvoir est chaos
Je suis leur unique espoir
Ils me recherchent
Je leur échapperai
Ils veulent me posséder
Personne ne peut m'atteindre
Ils me croient faible
Je les briserai
Lui seul peut me sauver
L'aimer c'est le condamner
 
Juliette se réfugie au Point Oméga, le quartier général de la résistance. Cette forteresse souterraine et ultramoderne cache les gens dotés de pouvoirs extraordinaires. Pourtant, son toucher mortel fait encore d'elle un paria.
De son côté, Warner, fils du commandant suprême, réprime toute rébellion dans le secteur qu'il dirige. Toujours aussi obsédé par la fuite de Juliette, il veut la retrouver, quoi qu'il lui en coûte. Il n'a pas non plus oublié ceux qui ont permis son évasion, Adam et Kenji, à qui il compte bien faire payer leur trahison.
L'affrontement est inévitable... Juliette, tiraillée entre son amour pour Adam et la soudaine attirance qu'elle ressent pour Warner, devra choisir son camp. Car elle est l'arme absolue, la seule qui puisse raviver l'espoir d'un monde dévasté.
 
Mon avis:
La couverture:
Toujours aussi jolie, mais une question ne veut pas me quitter: pourquoi est-elle présente devant l'océan (ou la mer, mais on s'en fiche) alors qu'il n'y en a pas dans ce livre? Donc la couverture est belle, mais pas très cohérente avec le récit, là où celle du premier tome l'était beaucoup plus.
 
Le livre:
J'ai largement préféré ce livre au premier tome. Juliette se lamente moins sur son sort, il n'y a pas de moments "lourds" avec Adam comme au tome précédent et l'histoire n'en est que plus prenante.
 
Les personnages sont très sympathiques au lecteur: Kenji est parfois brutal mais sait être tendre et prévenant, Warner essaie de devenir plus "gentil", et Sonya et Sara respectent l'intimité de Juliette. Je veux dire qu'elles la sentent encore fragile et peu ouverte et la laisse donc seule pour ne pas la brusquer tout en étant à ses côtés lorsqu'elle a besoin d'elles.
 
Au Point Oméga, mes personnages préférés, autres que Kenji, restent Brendan (l'homme électrique) et Winston. Depuis la fin du tome précédent, j'espérais qu'une histoire d'amour aurait lieu entre Brendan et Juliette, car non seulement ils iraient bien ensemble, mais aussi car ils ont un pouvoir assez semblable. Et puis, je trouvais que cela aurait été surprenant et plus naturel qu'avec Warner ou Adam. Malheureusement, ça ne s'est pas fait, mais il y a largement assez de retournements de situation qui ont rendus la vie amoureuse de Juliette assez difficile pour la rendre intéressante.
Comme on parle de personnage, j'ai trouvé Adam assez lourd. Insistant et lourd. Avant même (spoile: surligner la partie blanche suivante pour le lire) que Juliette rompe avec lui (spoile).

Pour finir, car je n'ai pas beaucoup de points à aborder, l'histoire est très prenante. Il y a plus d'actions qu'au premier tome, plus de complications. Le premier livre était déjà bien fourni en histoire, et on apprenait à connaître les lieux, les gens et l'époque, mais en dehors de la première partie dans la cellule et la dernière lorsqu'Adam et Juliette s'échappent, il ne se passait pas forcément grand-chose.

Mon avis final:
Ce tome est plus complet, et alors qu'au premier tome, mon avis était plutôt mitigé, celui-là mérite un


qui me donne envie de lire le dernier tome, et pourquoi pas? Les tomes "bonus" sur Warner et Adam (merci Marinette pour l'info!)

vendredi 21 mars 2014

Le temps des miracles

Le temps des miracles
de Anne-Laure Bondoux
Collection MilleZime des
Éditions Bayard
255 pages

4ème de couverture:
Lorsque les douaniers m'ont trouvé, tapi au fond d'un camion à la frontière française, j'avais douze ans et j'étais seul. Je n'arrêtais pas de répété "jemapèlblèzfortunéjesuicitoyendelarépubliquedefrancecélapurvérité".
Je ne savais pas que mon passeport était trafiqué, et en dehors de ces quelques mots, je ne parlais que le russe. Je ne pouvais pas expliquer comment j'étais venu du Caucase jusqu'ici, dans le pays des droits de l'homme et de Charles Baudelaire.
Surtout, j'avais perdu Gloria. Gloria Bohème, qui s'était occupé de moi depuis que ma mère avait disparu. Avec elle, j'avais vécu libre, malgré la guerre, malgré les frontières, malgré la misère et la peur. Elle me manquait terriblement, mais j'ai toujours gardé l'espoir de retrouver cette femme au cœur immense, qui avait le don d'enchanter ma vie.

Une histoire d'exil bouleversante sur la vérité, le mensonge et la quête du bonheur.

Mon avis:
La couverture:
C'est vrai que je n'avais entendu que du bien de ce livre, et je le voyais tout le temps m'inviter à le lire à la bibliothèque. Mais il faut bien avouer que la couverture est... horrible. Et que les différents éléments ne vont pas ensemble. D'ailleurs, même après lecture, je n'ai pas compris pourquoi des lampions avec une silhouette sur un bidon devant la mer... C'est pour ça que j'ai mis tant de temps avant de me décider à le prendre.

Le livre:
Au début, je ne m'en étais pas rendu compte, mais il se trouve que j'ai déjà lu un livre de cette auteure: Le Destin de Linus Hoope, qui m'avait bien plu. Quand je m'en suis aperçu, ce fut donc une agréable surprise.

Je n'ai pas grand-chose à dire... vraiment.
J'ai apprécié les personnages principaux (Blaise Fortune [ou Koumaïl] et Gloria). On s'inquiétait pour eux et ils nous donnaient tant pitié que l'on avait envie de les aider.
Cependant, je n'ai pas été tant que ça attirée par les autres protagonistes: Zemzem me semblait un peu trop balourd (mais je ne sais pas comment l'expliquer), Vassili trop légendaire (même s'il l'est finalement pour Blaise) et les frères de Gloria sont beaucoup trop effacés. Les autres qu'ils rencontrent au cours de leur voyage sont moyens aussi, mais j'ai bien aimé Ftima (qui ne veut plus ouvrir les yeux) et un ou deux autres.

Le côté historique m'a plus avec toute cette difficulté que l'on ressent dans ce parcours du Caucase à la France.

L'histoire de Blaise et Jeanne Fortune m'a intrigué et c'est peut-être ce qui m'a le plus plu dans ce livre (spoile- surtout lorsqu'on apprend à la fin que tout n'était qu'une histoire pour enfant- spoile). Ça m'a réellement surprise car je ne m'y attendais pas du tout. Et il faut avouer que cela m'a touchée et qu'ensuite je me sentais bizarre (spoile- de réaliser toutes les difficultés dans la vie en temps de guerre lorsqu'en plus on fait la révolution etc.- spoile).

Ce que j'ai trouvé dommage, à la fin, c'est que l'on ne connaisse pas mieux Prudence: on la présente très rapidement, on la survole ( peut-être car il s'agit d'un moment sans problème de sa vie?) mais il passe quand même plusieurs années avec elle, la première personne autre que Gloria avec qui il est resté aussi longtemps.

Mon avis final:
Malgré les points négatifs, c'est un


car je me suis plus fiée là à mon ressenti au moment de la lecture.

jeudi 20 mars 2014

Chronique des jours de cendre

Chronique des jours de cendre,
de Mia Couto
Les Grandes Traductions des Éditions Albin Michel
162 pages

4ème de couverture:
-Passeur d'une culture multiforme, Mia Couto est l'inventeur d'une littérature surprenante, à la croisée de l'imaginaire africain et de la langue portugaise.
-Chronique des jours de cendre est le récit halluciné de douze journées particulières d'avril 1974. Comme en écho à la Révolution des œillets qui vient d'éclater au Portugal, le Mozambique est en proie à la guérilla et aux derniers soubresauts d'un colonialisme d'autant plus virulent que moribond.
-Entre Lourenço de Castro, l'inspecteur de la PIDE -la sanguinaire police d'État salazarienne-, et sa jeune tante Irène, devenue folle, rôde le fantôme de Marcelo, la rebelle mulâtre qu'elle a aimé, et qu'il a fait mourir en prison. Pour les Blancs comme pour les Noirs, l'heure des comptes a sonné.
-Porté par une écriture riche, métissée, et un esprit "magique", ce roman d'une poésie violente nous plonge, entre légendes, superstitions, passé et présent, dans l'univers d'un grand écrivain.

Mon avis:
Bon, alors autant être franche: je n'i pas du tout aimé, malgré le "résumé" accrocheur. J'avais vraiment hâte de me plonger dans ce bouquin, mais je n'ai lu que les trois premiers chapitres. Je n'ai absolument pas aimé l'écriture: il y a trop de sautes de temps, de flash-backs sans qu'ils soient bien introduits. Je n'ai pas compris l'ordre de ce que je lisais, pas intégré les différents personnages comme ils apparaissaient assez rapidement sans réelles explications. Et je ne savais pas quand finissaient les flash-backs et els souvenirs.

Mon avis final:
J'ai détesté ce livre au point de ne pas pouvoir le finir, donc pas du tout recommandé.


Si certains ou certaines d'entre vous l'ont lu, faîtes-moi part de votre avis.

mardi 18 mars 2014

Avis série #1: Lost

Voici donc ma toute première critique série. Pour commencer, quoi de mieux qu'une série que j'ai adorée, et dont je suis extrêmement déçue d'avoir déjà vu tous les épisodes?
Il s'agit d'une série très connue, Lost.

"Lost", feuilleton télévisé d'origine américaine
Produite par les studios "ABC Studios", "Touchstone Television" et "Bad Robot"
Créée par les créateurs Jeffrey Lieber, J.J Abrams et Damon Lindelof
en 2004
Elle comporte 6 saisons pour un total de 121 épisodes de 40 minutes environ



Présentation:
L'histoire:
Lors du vol 815 de la compagnie Oceanic Airlines, reliant Sydney à Los Angeles, l'avion dérive de sa trajectoire et explose en se séparant en 3 parties au milieu du Pacifique. Le milieu de l'appareil atterrit sur la plage d'une île, et les survivants doivent apprendre à cohabiter en rationnant la nourriture et les affaires qu'ils ont pu sauver. Mais ils vont vite se rendre compte que cette île n'est pas normale et qu'elle abrite des choses étranges, auxquels il va falloir faire face.

Genre:
Drame, Aventure, Science-fiction, Action

Les personnages:
Nous ne suivons qu'un certain nombre de personnages. Je sais, il y en a pas mal, mais ils sont tous importants, donc: présentations!



Jack Shephard, joué par Matthew Fox.
C'est un chirurgien venu à Sydney pour récupérer le corps de son père.
C'est un personnage plein de doutes mais avec le sens des responsabilités. Il est très vite désigné comme chef.






Kate Austen, joué par Evangeline Lilly.
C'est une fugitive, arrivée menottée, mais qui cherche à le cacher aux autres passagers. La personne qui l'accompagnait est morte dans l'accident.





James Ford, dit Sawyer, joué par Josh Holloway.
C'est un escroc qui a passé sa vie à arnaquer ses conquêtes pour gagner de l'argent.
Il ne se montre pas forcément agréable avec les autres rescapés, gardant les médicaments pour lui et marchandant pour les rendre.






John Locke, joué par Terry O'Quinn. C'est un homme assez mystérieux qui part de longues heures à la chasse.
Avant l'accident, il était paralysé, mais depuis qu'il est sur l'île, il peut à nouveau marcher sur ses deux jambes.






Sayid Jarrah, joué par Naveen Andrews.
C'est un ancien membre irakien de la garde républicaine qui ne veut plus torturer les gens.






Hugo Reyes, ou Hurley, joué par Jorge Garcia.
C'est le grand gagnant du loto, mais poursuivit pas la malchance.
Il sympathise assez vite avec tout le monde. Son arme? L'humour.







Jin et Sun Kwon. Jin est joué par Daniel Dae Kim, Sun par Yunjin Kim. Ils sont tous deux coréens. Jin a beaucoup d'autorité sur Sun qui doit être soumise à son mari. Sun est la fille d'un homme important dans les affaires et parrain de la mafia coréenne.




Claire Littleton, joué par Émilie de Ravin.
Elle est enceinte et va bientôt accouchée. Elle ne veut pas garder l'enfant, le père de celui-ci l'ayant quittée. Elle avait donc prévu de faire adopter le bébé.






Charlie Pace, joué par Dominic Monaghan.
C'est un junkie membre du groupe Drive Shaft au célèbre morceau "You all everybody".






Mon avis:
Lost est tout d'abord une série pleine de rebondissements et tellement entraînante que plus vite on voit le prochain épisode, mieux c'est. Les personnages ont tous ce petit quelque chose qui les rend attachants: cette faiblesse qu'ils cherchent à dissimuler, ce passé qui leur pèse...

Sur les personnages:
En parlant des personnages, le casting est tout à fait excellent. Chaque acteur intègre parfaitement la personne qu'il joue, et quelque chose de bien sachant qu'ils sont doublés en français (évidemment puisqu'au départ, la série est américaine), ils ont une voix adaptée. Je dis ça car parfois, la voix est vraiment très mal faite et ne correspond ni au personnage ni à la carrure de l'acteur. Or, ce n'est pas le cas ici.

Comme dans toutes les séries, ou du moins celles qui sont bien faites, les personnages paraissent tellement réels que l'on ne peut finalement pas imaginer les acteurs autrement. Cela est d'autant plus vrai lorsque l'on ne les a encore vu nulle part ailleurs, ou très peu. Certes, Dominic Monaghan joue aussi, ou plutôt a joué dans Le Seigneur des Anneaux, mais Charlie Pace est suffisamment éloigné du hobbit pour qu'il n'y ai pas confusion et que l'on s'habitue rapidement. Cela me surprend même maintenant, lorsque je vois des photos de Merry: je n'arrive plus à imaginer ce junkie avec des pieds autant poilus! ^^

Sur la musique:
Un deuxième point aussi important: la musique. Elle est simple, rythmée et pleine de mystères. D'autres sont très tristes et mélancoliques. Il y a un thème principal, et plusieurs autres pour chaque personnage. Je n'écouterai pas à longueur de journée, mais j'aime bien quand même!
Une petite anecdote sur la musique: certains morceaux de carcasse de l'avion sur la plage ont servis d'instruments de percussions pour la bande-son! (Source: Allocine)

Ils ont aussi utilisés, pour la bande-son certaines musiques déjà existantes, comme "Make Your Own Kind Of Music" de Mama Cass Elliot et "Dowtown" de Petula Clark. Elles donnent toutes deux la pêche, allez les écoutées!

Voici un lien vers youtube. La "vidéo" regroupe les meilleures chansons de Lost, mais il n'en a mis que 3, il y en a beaucoup plus! (Je crois que ce n'est pas interdis de mettre un lien?)
Voici le lien : ici.

Et finalement l'histoire:
Donc, dernier point, mais des plus importants, l'histoire!
Il faut tout d'abord savoir que la série est une série d'aventure, d'actions et de science-fiction. J'ai trouvé partout qu'elle était aussi casée dans Drame, donc à savoir aussi. Bien sûr, il faut commencer la série en sachant accepter tous les éléments un peu étranges et invraisemblables dans la vraie vie. C'est, je pense, le plus important.

J'ai adoré l'histoire, de la première à la dernière saison. Certains moments n'étaient peut-être pas assez crédibles (justement) mais c'était néanmoins très prenant. Explications: Je regardais 3 épisodes de Lost le week-end avec ma famille, mais j'avais parfois du mal à attendre le week-end suivant pour connaître la suite. Ils savent tenir en haleine le spectateur et arrêter les épisodes là où on doit connaître la suite.
Les relations entre les différents protagonistes évoluent au fil des épisodes, et c'est tant mieux.

Il est assez difficile de parler d'une série à multiples rebondissements sans spoiler le lecteur... Je vais donc finir là, mais sachez juste que j'ai adoré! Commencez le premier épisode vous ne pourrez pas vous arrêtez avant la fin de la série, et finalement, vous ne pourrez pas ne pas allez voir la suite!

Le seul point négatif est le fait que certains points ne trouvent pas de réponses...

Mon avis final:
Coup de cœur, mais je ne vais pas noter les séries et films comme les livres. Il n'y aura donc pas de dessin de coccinelle cette fois-ci!

lundi 17 mars 2014

C'est lundi, que lisez-vous? 17/03/2014


Ce rendez-vous a été initialement créé par Mallou.
Nous y répondons à trois questions:
 
 
Qu'ai-je lu cette semaine?
 
Cette semaine, étant donc en voyage en Angleterre, je n'ai pas eu le temps (et soyons honnêtes je n'avais pas forcément envie non plus) de lire. J'espère bien me rattraper sur cette semaine!
 
 
Que suis-je en train de lire?
 

Je suis en train de lire
"Le temps des miracles" de Anne-Laure Bondoux...
et oui, même annonce que la semaine dernière.
Néanmoins, cette fois-ci, je suis proche de la fin. J'espère donc l'avoir finis avant la fin de la semaine. Dommage que j'ai autant d'autres choses à faire...


 
 
Que vais-je lire ensuite?
 

Insaisissable tome 2: "Ne m'échappe pas" de Tahereh Mafi
 

 
et probablement un classique de la littérature (Agatha Christie, L'écume des jours, etc.)
À vrai dire, j'espère déjà avoir fini ces deux livres là avant lundi prochain.
 
Bonnes lectures à vous,
 
 
À très vite,
Coccinelle

samedi 15 mars 2014

Suite Scarlett

Suite Scarlett
de Maureen Johnson
Catégorie Scripto des
Éditions Gallimard
384 pages

Description:
Le jour de ses 15 ans, pendant l'été, Scarlett Martin reçoit un téléphone portable, mais aussi, comme le veut la tradition dans sa famille, la clé d'une des chambres de l'hôtel Hopewell dont elle aura l'entière responsabilité.
Scarlett se retrouve donc, alors que la situation financière de l'hôtel est au plus bas, affublée de la suite la plus connue du bâtiment, la suite Empire, avec, en prime, une locataire quelque peu surprenante, Mme. Amberson, un peu trop excentrique et envahissante. Et tous ses amis sont partis en vacances...
En plus de ça, son frère Spencer a du mal à monter une pièce de théâtre et elle, tombe amoureuse d'un collègue de la troupe de son ainé.
De quoi, donc, lui occuper l'été!

Mon avis:
La couverture:
Je ne l'aime pas trop. C'est un peu décousu, avec des scénettes sans liens entre elles. Le coup de crayon de Dominique Corbasson ne suffit pas pour remonter cette couverture...

Le livre:
Un livre plein d'humour et de légèreté. De quoi d'autre pouvions-nous nous attendre de l'auteure de "Treize petites enveloppes bleues"? Des personnages encore une fois très amusants et des situations très drôles.
Un livre qui respire les vacances et le soleil: je veux découvrir au plus vite d'autres romans de cette fabuleuse auteure!
Le personnage qui m'a énervé, mais c'est voulu, c'est forcément Chip. Cette peste de Marlène n'est pas mal non plus dans son genre, mais nos sentiments envers elle changent petit à petit au fil de la lecture. Elle n'en reste pas moins une gamine détestable.
Spencer, bien entendu, est un grand frère dont tout le monde rêve, très ouvert, très sociale, etc. J'ai tout de même été surprise qu'il parle si librement de certains sujets personnels à sa sœur.
Ensuite Lola... que dire de Lola... à vrai dire, je n'ai pas très bien su la cerner. C'est un personnage très complexe parfois très obéissant et d'autres fois très libre. J'ai eu l'impression qu'elle n'aimait pas se sentir inutile, mais que d'un autre côté, elle évitait ses responsabilités...

Mon avis final:
Un livre conseillé pour ceux et celles qui se sont déjà collés (et qui ont aimé) à l'écriture toute en légèreté de Maureen Johnson, et fortement recommandé pour ceux et celles qui ne la connaissent pas encore.
À préciser quand même, qu'il s'agit pour moi plus d'un livre pour fille que d'un livre "mixte".

De retour!!

Bonjour à toutes et à tous!
 
Me voilà de retour après mon voyage en Angleterre! J'ai adoré (presque) tous les monuments et visites!
J'ai pu parler avec la famille d'accueil... en anglais!
 
C'était un voyage très sympa et enrichissant, j'ai A-DO-RÉ!!
Par contre, je n'ai pas trouvé de livres en VO dans les boutiques ou nous pouvions aller :(
Ou plutôt si, j'en ai trouvé, à Cambridge. Mais ce n'était que des livres d'université, et comme je ne suis intéressée ni par un livre de physique, ni de maths, ni d'histoire...
 
Enfin bref, me revoilà!
Et cette fois-ci, je ne vous lâcherai pas de si tôt!

jeudi 13 mars 2014

La dernière petite enveloppe bleue

La dernière petite enveloppe bleue
de Maureen Johnson
Éditions Gallimard
329 pages

Description:
Depuis qu'elle est rentrée d'Angleterre, Virginia Blackstone communique régulièrement avec Keith qu'elle n'a pas oublié. Depuis quelques temps cependant, ils ne se parlent plus que rarement: Keith semble beaucoup occupé à côté.
Un jour qu'elle attend qu'il soit connecté, elle reçoit un mail d'un parfait inconnu, un certain Oliver qui dit avoir retrouvé son sac et sa dernière petite enveloppe bleue.
Il habite en Angleterre et est prêt à les lui rendre. Ginny y part donc pour ses vacances d'hiver, mais Oliver veut faire un échange: il lui rendra l'enveloppe à condition qu'elle l'aide à rassembler les trois pièces constituant le tableau dont parle sa tante dans celle-ci. Et il veut aussi qu'ils partagent l'argent de la vente.
Voulant à tous pris récupérer l'enveloppe, Ginny accepte et part avec cet inconnu, Keith, et sa petite amie à Paris, Amsterdam et Dublin.

Mon avis:
La couverture:
Elle est tout à fait dans le même esprit que le premier livre, je ne vais donc pas m'éterniser là-dessus, même si je l'aime bien.

Le livre:
Un livre aussi bien que le premier! J'aime beaucoup le fait que Ginny est une rivale, ce qui rend ses relations avec Keith plus distantes et compliquées, et ce qui la rapproche d'Oliver, d'autant plus que Keith ne l'aime pas.
La cohabitation de ses quatre jeunes adultes est donc difficile. Contre toute attente cependant, Ginny apprécie sa "rivale", Ellis, et s'entend même mieux avec elle qu'avec Keith.
Lui est toujours aussi bien travaillé: entre moments de complicité avec Ellis et crises de jalousie avec Ginny, on ne sait plus trop qui il est, et je pense que lui-même est un peu perdu.
Oliver est très étrange: il est à la fois fort et faible.

Mon avis final:
À acheter si vous avez lu le premier tome (forcément) et que vous n'avez pas peu des changements. Comme le premier tome:

lundi 10 mars 2014

C'est lundi, que lisez-vous? 10/03/14


Le rendez-vous a été initialement créé par Mallou.
Nous y répondons à trois questions:
 
 
Qu'ai-je lu cette semaine?
 
Cette semaine, j'ai lu:
 
 
 
 
Que suis-je en train de lire?
 
Je suis en train de lire
"Le temps des miracles" de Anne-Laure Bondoux
qui, pour l'instant, me plaît plutôt bien malgré une couverture à mon avis pas terrible.

 
 
Que vais-je lire ensuite?
 
Et bien, je n'en sais trop rien, car comme dit dans un précédent article, je ne suis pas là cette semaine et je ne pourrai donc pas lire. Je préfère ne rien annoncer, vous verrai ça la semaine prochaine.
 
 
Bonnes lectures à vous,
 
 
À très vite,
Coccinelle
 
 
 
 
 


dimanche 9 mars 2014

13 petites enveloppes bleues

13 petites enveloppes bleues,
de Maureen Johnson
Collection Pôle Fiction des
Éditions Gallimard
325 pages

Description:
Un jour, Virginia Blackstone reçoit une lettre de sa tante... décédée d'un cancer du cerveau. Cette dernière s'était enfuie de New York à ses 17 ans pour ne jamais y retourner. Cette lettre invite Ginny à aller dans un petit restaurant de New York où elle avait habité. Là-bas, on lui donne 12 autres petites enveloppes bleues qui vont l'entraîner dans une chasse au trésor géante à travers l'Europe, à la recherche du passé de sa tante. Elle ira de Londres (où elle rencontrera Richard, un des petits amis qu'à eu sa tante, et Keith, un comédien de qui elle va tomber amoureuse) à la Grèce, en passant par Paris, Rome, Amsterdam, Edimbourg, et Copenhague.
Durant ce voyage, Ginny se découvrira elle-même et elle apprendra à surmonter les moments difficiles et à apprendre de ses erreurs.

Mon avis:
La couverture:
On voit Ginny de dos, un avion volant autours d'elle, et s'arrêtant à différentes escales symbolisées par des dessins de bâtiments connus: une arène pour la Grèce, Big Ben pour Londres, la Tour Effel pour Paris, etc.

Le livre:
13 petites enveloppes bleues est un beau livre qui nous fait découvrir l'Europe sous un regard extérieur, et c'est marrant de lire ce que pourrait penser une Américaine de notre belle capitale.
Ginny se trouve au début perdue au milieu de nulle part (ce qui la rend attachante) mais arrive néanmoins à se trouver des repères, chose difficile lorsque l'on a ni carte, ni téléphone, ni ordinateur.
Sa tante un peu folle est un personnage intéressant, que l'on ne découvre réellement qu'à travers ses lettres. Elle n'en fait pas moins quelqu'un de complet, avec une personnalité propre: elle est drôle, étrange, voyageuse... Je crois que c'est mon personnage préféré.
Keith, lui, n'est pas singulier. Il pourrait paraître "méchant" ou voyou avec son passé de voleur, mais il sait aussi aimer. Il protège Ginny, "sa dingue", et essaie de bien prendre soin d'elle.
J'ai aimé tous les autres personnages (la famille très rangée, le groupe d'amis...), avec un petit bémol pour Knud qui apparaît et disparaît très vite, sans qu'on puisse en apprendre plus sur lui.

Mon avis final:
Ce livre est une bouffée d'air frais qui donne envie de voyager, de partir à l'autre bout du monde. Évidemment, il nous ému aussi, dans des moments quand même très tristes, comme lorsque sa tante parle elle-même de sa maladie.
Finalement:

samedi 8 mars 2014

Absence...

Bonjour à toutes et à tous!


Rien de grave, mais il faut tout de même que je vous prévienne de mon absence sur le blog de lundi 10 mars jusqu'au samedi 15 mars.
La raison? Un voyage en Angleterre organisé par le collège. J'ai la chance de partir là-bas vivre dans une maison d'accueil, donc immersion complète en pays étranger! ^^

Bien sûr, nous ne serons chez eux que le soir, le temps de dormir et le matin, mais je sens que cela va être intéressant d'interagir dans une langue familière (mais pas trop non plus). D'autant plus que tout au long de la journée, nous pourrons parler avec nos chers voisins anglais dans les magasins ou lors du jeu de piste!

Enfin bref, je ne serai pas là, mais (heureusement!) nous pouvons, sur blogger, programmer les articles. Forcément, je ne pourrai pas répondre à vos commentaires, mais dès que je serai rentrée, je m'y attèlerai! ^^

Au cas ou j'oublierai demain: à dans une semaine, avec, j'espère, un livre en VO à vous présenter!

Coccinelle

Inconnu à cette adresse

Inconnu à cette adresse
de Kressmann Taylor
Éditions Le Livre De Poche
90 pages


Description:
Mon cher Max...
Mon cher Martin...
Du 12 Novembre 1932 au 18 Mars 1934, entre l'Allemagne et les Etats-Unis, deux amis s'écrivent. Max, l'Américain, parle de sa solitude depuis le départ de son amis; Martin, l'Allemand, lui raconte sa nouvelle vie dans une Allemagne qu'il peine à reconnaitre tant elle est défigurée par la misère. Au fil des lettres, inexorablement, Martin et Max s'éloignent l'un de l'autres.
D'autant que Max est Juif ...


Mon avis:
La couverture:
Cette fois-ci, je ne parlerai pas de la couverture: il y a eu tellement de versions différentes que je ne me souviens même plus laquelle j'ai lu. Et je pense que l'intérêt du livre repose sur le contenu. Comme tous livres, me direz-vous. Et bien, c'est vrai, mais je trouve que pour ce livre particulièrement, la couverture est assez inutile, même si elle aurait pu être plus travaillée. Passons donc directement au contenu.

Le livre:
C'est une claque.
Il est vrai qu'au début, j'étais un peu réticente et que je ne savais pas trop où j'allais aller, mais j'ai adoré. J'ai lu ce livre il y a un an pour les cours, et je suis plutôt contente que notre professeur de français nous l'ait fait découvrir. C'est donc vrai que je ne me souviens plus de tout en détails, et que je ne sais plus exactement mes impressions à la lecture. À l'époque, je n'aimais pas trop les livres historiques, mais celui-là qui m'y a donné goût.
Néanmoins, bien qu'au début je ne sois pas forcément emballée plus que ça, je me souviens parfaitement avoir été petit à petit prise dans le fils des lettres et que les pages se tournaient toutes seules. Le temps de lecture est très court (vous aurez finis en 1h30) mais il vaut le détour.

Les sentiments des deux amis l'un envers l'autre évoluent au fil de la lecture. Alors qu'ils sont très proches au début, ils vont petit à petit s'éloignés: Martin adhère au parti Nazi, il est d'accord avec eux et leurs opinions antisémites. Quand on sait que son meilleur ami est juif, ça en donne un coup. On se rend compte d'à quel point la guerre peut changer un Homme, et on se sent blesser pour Max qui voit son ami se monter contre "sa race".

SPOILE: La fin est bouleversante et j'ai mis du temps pour m'en remettre. Je me repassait les derniers moments en boucle, et j'y pensais tellement, je trouvais cela tellement ingénieux de la part de Max, que je les ai racontés à ma mère: il fallait que je les dise à quelqu'un. Je ne peux cependant pas croire que Max est fait ça à Martin, sachant à quel point ils s'entendaient bien, mais c'est vrai que Martin l'a trahi en premier et que ce n'est que justice remise.
Le titre prend tout son sens à la fin, si bien que tout au long du livre, on ne se demande pourquoi il s'appelle comme ça. SPOILE.

Mon avis final:
Un livre à la limite du coup de cœur, mais qui reste un: