Mes dernières chroniques

http://laviscoccinelle.blogspot.fr/2017/01/harry-potter-et-lenfant-maudit-theatre.htmlCouverture Sauveur et fils, tome 2Couverture La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiverCouverture Minuit ! : 12 histoires d'amour à Noël

mercredi 30 avril 2014

Bilan Avril 2014


En ce dernier jour d'Avril, il est temps de faire un petit bilan de ce mois rempli de belles lectures:

 
Le Mois d'Avril a été le mois, tout d'abord...
 
D'une montée très importante du nombre de vues et de commentaires, comme vous pouvez le voir un peu plus bas. Je vous remercie, vous tous lecteurs !
 
 
Ensuite, du côté livres...
 
J'ai fait 14 critiques. Allez, petite récapitulation:

Tout d'abord, les...
 
-La planète des singes, de Pierre Boulle qui fut vraiment une révélation. Je ne m'attendais pas à autant apprécier, et vraiment, je le recommande à tout le monde.
-Nos étoiles contraires, de John Green. Très touchant, mais comme pour la plupart, vous l'avez lu, vous voyez très bien ce que je veux dire ! ^^
-Yotsuba & !, de Kiyohiko Azuma. Une série de mangas que j'adore et qui me fait toujours très rire. C'est pourquoi j'ai voulu vous la partager.
-Terrienne, de Jean-Claude Mourlevat. Très agréable aussi, une écriture très belle et très facile à lire, ça passe tout seul !
-Tour B2, mon amour, de Pierre Bottero. Là encore, une plume, mais qui elle, est bien plus que belle. Magnifique serait plus proche de la réalité.
-No et moi, de Delphine de Vigan, pour finir. Juste... bouleversant !
 
 
Ensuite, ceux que...
 
 
 
-Un avion sans elle, de Michel Bussi. Une enquête prenante, un mystère qui peut effondrer toute une vie.
-La Gloire de mon père, de Marcel Pagnol. Les vacances d'une famille vue par les yeux d'un enfant de 8 ans. Amusant, et mignon.
-La liste, de Siobhan Vivian. J'ai bien aimé les personnages, ils avaient une certaine profondeur, et l'on pouvait voir vraiment "au fond" d'eux, et pas juste ce que l'on aperçoit en les regardant en vitesse.
 
 
 
Pour bien continuer, ceux que...


 
-Vendredi ou la vie sauvage, de Michel Tournier. À lire à double sens, dont l'un est philosophique. Une amitié touchante, mais qui ressemble plus à celle d'un maître et de son esclave.
-Starters, de Lissa Price. De bonnes idées.
-Enders, de Lissa Price. Une belle suite, mais tout de même un peu moins bien.
 

Et puis ceux pour lesquels j'ai ressenti une...

 
-Sous haute dépendance, d'Ursula Poznanski. Un livre addictif mais avec une écriture parfois un peu trop lourde.
-La cité des livres qui rêvent, de Walter Moers. Un livre intéressant et pas si mauvais, mais assez soporifique et du coup, difficile à lire.
 
 
Et pour mal terminer: ceux qui ont vraiment été une...

 
Aucun ce mois-ci !
 
 
 
Mais je n'ai pas fait que ça, et du Films...
 
J'ai fait une critique de...
 
-Un secret. Dont j'ai bien aimé l'histoire, moins le jeu d'acteur. Ce serait avec plaisir que je lirai ce livre si je tombe dessus !
-Misery. Sombre, inquiétant... une adaptation d'un livre de Stephen King, quoi ! ^^
-Into the wild. Un film qui donne envie de partir au bout du monde. Là. Maintenant.
 
 
Mais Avril, ça a aussi été...
150 commentaires (dont la moitié de moi), ce qui fait 217 au total
et 956 pages vues pour un total de 1679 !
Merci à vous!!
 
Et voilà pour le mois d'Avril,
Bon mai à vous !
Je vais sûrement participer à d'autres rendez-vous, comme le Jeudi, c'est Jeu Livresque, par exemple !
 
 
À très vite,
Coccinelle


La cité des livres qui rêvent

La cité des livres qui rêvent
de Walter Moers
Éditions les Grandes Personnes
464 pages

Description:
Depuis que Dancelot de Tournerimes, son parrain en écriture, meurt d'une grippe en lui confiant avoir lu le manuscrit d'un de ses fans, qu'il a ensuite envoyé à Bouquinbourg (la cité des livres qui rêvent) tellement son texte était parfais, Hildegunst Taillemysthes est à sa recherche. En effet, il a lui-même lu le manuscrit et, éblouit par sa grandeur, a décidé de retrouver l'auteur de ce chef-d'œuvre qui a bouleversé la vie de son parrain d'écriture. Il quitte donc la Citadelle des Dragons pour cette ville étrange à l'odeur de vieux livres, dans laquelle s'entassent presque les librairies.
Le manuscrit du fan procurera des réactions étranges à qui il le montrera et l'emmènera beaucoup plus loin que prévu.

Mon avis:
La couverture:
Je ne l'aime pas. Vraiment pas. D'accord, ça a un côté un peu "vieux" dans les dessins, qui va bien avec l'esprit du livre, d'accord, il y a un dragon, comme il y en a dans le livre. Mais voilà: je la trouve moche. On ne voit pas sur la photo, mais le fond gris est brillant... et je ne vois pas, là, le rapport avec le livre. Enfin bref: une couverture que je n'aime pas trop.

Le livre:
L'histoire met beaucoup de temps à se développer, le roman gagnerait à être plus court. Je l'ai trouvé ennuyeux dans la manière d'être raconté et j'ai beaucoup au du mal à le finir.
Cela mis à part, j'ai trouvé l'histoire complète, avec de jolis changements de situation. L'écriture n'est pas mal non plus (voir bien) malgré son côté un peu (trop) soporifique.

Écrit comme ça, on a l'impression que je n'aime pas ce livre, mais pas du tout !
Il est certes long à lire (pour moi en tous cas) mais je l'ai quand même apprécié: le personnage principal est sympathique (je n'ai pas aimé certains autres par contre) et le principe est bien trouvé, bien que déjà vu: un monde où la lecture est la première passion, où tout tourne autour de ça, où les écrivains se rencontrent par paquets impressionnants dans les rues, etc.

Il y a un moment que j'ai particulièrement bien aimé, c'est quand -spoile- Hildegunst se trouve dans le souterrain (mais je ne sais plus comment il s'appelle) avec les petits êtres (dont je ne me souviens plus le nom non plus, pour excuse: j'ai lu le livre il y a longtemps) fanas de livres -spoile- et qu'il y a des recommandations pour faire un bon livre, du genre: "Les mots étrangés sont appelés comme ça parce-qu'ils le sont pour la plupart des gens".

Mon avis final:
Un livre pas trop mal, mais un peu longuet et pas indispensable. Il y a des bons côtés comme le monde "lecture" mais il y en a aussi des mauvais. Malgré toutes les mauvaises critiques, il est quand même plutôt bien, mais j'espérais franchement mieux. C'est donc une...


No et moi

No et moi
de Delphine de Vigan
Éditions Le Livre de Poche
250 pages

4ème de couverture:
Elle avait l'air si jeune. En même temps il m'avait semblé qu'elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu'elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur.

Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d'amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantastiques. Jusqu'au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu'elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l'errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin.
Mais nul n'est à l'abri...

Mon avis:
Lou est surdouée et à déjà sauté deux classes. Pas toujours facile d'avoir 13 ans en seconde, entourée de plein de filles qui se sont déjà "métamorphosées". Mais Lou vit avec. Avec ça et avec les ricanements qui naissent lorsqu'elle répond à une question d'apparence impossible. Oui, elle est surdouée, mais elle s'en fiche.
À la maison, pour elle, s'est bien pire. Sa mère est dans un état second depuis que son bébé, Thaïs, est mort il y a quatre ans. Et son père passe son temps à s'enfermer pour pleurer.

Lorsqu'elle doit faire un exposé à l'école, elle répond au prof sans hésiter que son sujet sera la pauvreté. Qu'elle fera un témoignage d'une jeune SDF et qu'elle retracera sa vie pour voir comment elle en est arrivée là. Elle a dit ça comme ça, sans vraiment réfléchir. Mais du coup, elle doit s'y tenir. Et elle tombe sur No, qui accepte.

Pour Lou, c'est aussi une amitié qui naît, et elle ne veut plus des excuses des gens qui disent: "On ne peut pas changer le monde. Il y a des pauvres, c'est comme ça." Elle se dit que l'on peut faire des choses beaucoup plus importantes, alors pourquoi ne pourrait-on pas aider les pauvres ?

Au début, j'avais un peu de mal à accrocher. Pourtant l'écriture était naturelle dès le début. Elle ne fait pas récit. Elle fait "réelle", elle fait vrai. Tout simplement parce-que Lou nous raconte, et que l'on voit l'histoire à travers ses yeux.
Ça a rendu le livre beaucoup plus touchant, je pense, que s'il était conté à la troisième personne.

Je ne sais pas vraiment par où commencer. Que j'ai adoré les personnages ? Autant Lou que Lucas, No et même ses parents ? Que sa mère m'a énormément touchée ? Que No évolue tout au long du livre et qu'il y a comme un retour en enfance ? Que j'avais les larmes aux yeux à plusieurs reprises ? Que ce livre m'a donné envie de me battre, de défoncer des murs pour me défouler parce-que c'est trop injuste, trop injuste que ça existe, qu'il y ait autant de personnes en difficultés ? De déplacer des montagnes pour aider ? De m'emmitoufler dans les bras de ma mère ne disant : Ne me quitte pas ? D'accueillir tout le monde chez moi, même si je sais que ce n'est pas possible et que je n'en ai pas la force ? Bref: de changer le monde ?

Mon avis final:
C'est un livre qui bouleverse, qui donne à réfléchir. Un livre qui m'a donné envie de me révolté, et aussi de pleurer. C'est beau et horrible à la fois, c'est triste, et surtout: c'est bien trop vrai, bien trop réel.
Un beau et énorme coup de cœur !!

mardi 29 avril 2014

La liste

La liste
de Siobhan Vivian
Éditions Nathan
406 pages

Description (attention, ça va être long):
Depuis des années, le dernier lundi de septembre (une semaine avant le bal), au lycée de Mount Washington est un jour important: partout est affichée anonymement une liste indiquant la plus belle et la plus moche fille de chaque niveau, soit 8 au total.

Le livre est écrit avec plusieurs parties symbolisant les jours qui passent, et chacune est constituée de plusieurs chapitres, où l'on suit à chaque fois une des huit.

Cette année ont été choisies:
Abby Warner, en fille la plus belle des troisièmes. Elle est la sœur de Fern (une fille très intelligente, ce qui est parfois un peu lourd) et meilleure amie de Lisa. Celle-ci est elle-même petite sœur de Bridget, nommée la plus belle des 1ères. Mais Bridget se trouve trop grosse et tente à tous prix de perdre du poids, quitte à se faire du mal.

Danielle de Marco (plus moche des troisièmes) est une des meilleures nageuses du lycée et est la petite amie d'Andrew, joueur dans l'équipe de football américain. Elle est appelée Dan The Man à cause de son allure masculine.

Candace (plus moche des 2ndes). En fait, elle n'est pas vraiment moche, elle est même plutôt belle. Mais elle est tellement hypocrite et garce qu'elle l'a mérité. Candace est méchante et mauvaise, et ses amies la délaissent pour ça, préférant aller voir Lauren Finn, une nouvelle pour qui c'est la première fois qu'elle met les pieds dans une école, ayant été éduquée par sa mère chez elle. Lauren est bien étonnée d'être nommée plus belle des 2ndes: elle n'a rien de particulier et ne s'habille pas particulièrement bien par manque d'argent. Sa mère la couve (un peu trop) et a peur qu'elle ne s'éloigne d'elle.

Sarah, elle, ne fait rien pour être belle avec son look de garçon manqué. Elle déteste ses soi-disant jolies filles qui se croient au-dessus de tout le monde. C'est donc sans surprise, mais néanmoins attristée qu'elle se retrouve la plus moche des 1ères, précisément le jour où elle voulait quitter son petit-ami Milo. Tant pis, la rupture est repoussée, elle a besoin de lui après l'apparition de la liste. Sarah a un plan: ils la trouvent moche ? Elle va leur montrer ce qu'elle serait si elle était moche. Elle décide donc de passer la semaine dans les mêmes habits, sans se doucher, sans se coiffer et sans se laver les dents.

Margo, elle, est élue plus belle des Terminales. C'est une fille assez populaire, et amie de Rachel Potchak et Dana Hassan. Elle a aussi une grande sœur, Maureen, qui avait été élue dans les plus belles aussi dans le passé. Elle est, avec ses deux amies, chef des cheerleaders. Lorsque Jennifer, son ex meilleure amie, se fait nommée pour la quatrième année consécutive plus moche de son niveau, Rachel et Dana décident de la soutenir, et redeviennent son amie, laissant Margo à part.

Nous suivrons donc ses 8 jeunes filles dans leurs quotidiens depuis l'apparition de la liste.

Mon avis:
Étant donné que cela fait un moment que je l'ai lu, je ne me souviens plus exactement de mes ressentis. Ce sera donc un avis assez court cette fois-ci.
Le livre:
Tout d'abord, rien que le fait qu'une telle liste existe dénonce les jugements des gens. Jugements qui ne se font que d'un premier coup d'œil, basé sur l'apparence: il (ou elle) est beau ou moche. Ce qui est déjà totalement futile et inhumain à mes yeux. Que l'on juge, c'est naturel (tiens, ça me fait penser à Tour B2 mon amour) mais au point d'en faire une liste et d'afficher les gens qui sont dessus ?
Et puis, en suivant ces huit jeunes filles, on se rend compte que ce n'est pas si facile d'être nommée "Plus belle" d'un niveau non plus. Plus facile que si l'on est nommée "Plus moche", forcément, mais pas franchement évident non plus. Alors, quel est l'intérêt ? Surtout que la liste n'est écrite que par une personne anonyme qui donnera ensuite le relais à une autre personne anonyme. Alors à quoi bon avoir l'avis d'une personne, si les autres n'ont pas le même ? Et à quoi bon, encore plus, si tous les élèves pensent la même chose ? Ça ne sert à rien puisque ça n'apprend rien de plus aux autres.
Enfin bref: je trouve cela juste horrible.

Toutes les filles font partie d'une des "catégories", des caricatures des filles au collège et lycée. Caricatures, qui, au passage, existent souvent réellement.
Il y a Margo et Candace, les filles populaires; Sarah, celle qui ne prend pas trop soin d'elle; Jennifer, celle que tout le monde rejette; etc.
Je trouve que cela permet de mieux entrer dans le livre et d'avoir des repères.

Au niveau des personnages, je les ai tous bien aimé, et c'était un plaisir de partager leurs vies. Même si Margo et Candace ne sont pas forcément le genre de filles que j'aime bien dans la vraie vie, c'était sympa de voir leurs quotidiens dans le livre. Car ils ont tous une profondeur: Lorsque Candace voit ses amies d'éloigner d'elle, elle devient plus humaine. Toujours hautaine, mais humaine. Et on peut trouver de la profondeur dans chacune d'entre elles. Même dans les personnages secondaires, comme Fenn, la sœur d'Abby Warner.
Jennifer donne un peu pitié: qui mérite d'être nommée la plus moche de son niveau 4 années de suite ? Déjà un an, c'est dur, mais alors quatre ? Je ne l'ai pas spécialement aimé, mais il faut avouer que j'étais un peu triste pour elle.
Celui que j'ai le moins aimé est Danielle, mais je ne saurais pas trop expliquer pourquoi.

En même temps que l'on suit leurs quotidiens et comment elles s'adaptent à cette liste, il y a une enquête qui est menée, et que l'on aperçoit à travers les yeux de toutes ces héroïnes: qui a écrit cette liste ? Et on ne peut, nous en tant que spectateur, s'empêcher de chercher aussi.
Spoile - Je ne vais pas mentir, j'ai été extrêmement surprise lorsque l'on apprend que c'est en fait Jennifer qui l'a écrite. J'étais là et je me disais: POURQUOI ?? On ne s'y attend pas du tout, et c'est tant mieux. - spoile.

Mon avis final:
Ah bah si, finalement, j'ai quand même pas mal écrit...
Oui donc, je disais: c'est un livre sympa sur la vie de tous les jours bouleversée par une liste regroupant les plus "belles" et les plus "moches" de chaque niveau. En plus de ça, une petite enquête, qui ne fais pas de mal.
Là, on peut dire que....

lundi 28 avril 2014

Tour B2, mon amour

Tour B2, mon amour,
de Pierre Bottero,
Collection Tribal des Éditions Flammarion
155 pages
 
4ème de couverture:
Un coup frappé à la porte. Un surveillant entra.
- Je vous amène la nouvelle élève, elle s'était égarée dans les couloirs...
La fille pénétra dans la classe.
C'était elle, bien sûr, pensa Tristan. Comme si tout était écrit à l'avance.
- Je le crois pas ! tonitrua Said. Tristan a flashé sur cette meuf !
Un silence total s'abattit sur la classe. Tristan avait une drôle de boule nouée à l'intérieur du ventre. Une boule fait d'un sentiment étrange qu'il n'avait pas envie d'analyser. Pas encore.

Dans la rue de Vienne où se dresse la tour B2, un premier amour s'écrit dans le béton.

Ma description:
Tout commence un soir où Tristan attend un vieil ami à lui, Mourad, dehors. Maurice, un vieux fou  sortit de l'asile il y a trois jours, tirait sur les chats... et en tua un. Une jeune fille était à côté de la victime, et se mit à pleurer à chaudes larmes devant cette injustice. Voilà comment tout commença. Cette fille, elle s'appelait Clélia, comme une héroïne de roman, car son père est écrivain. Et elle ne parle pas comme les autres jeunes de la cité...
Et puis voilà que la fille en question réapparaît le lendemain, à l'école.
C'est une nouvelle, qui à déménager il n'y a pas longtemps. Et comme par hasard, elle se retrouve dans sa classe, à lui, Tristan.
Et même si elle a un manteau jaune véritablement affreux, il va sentir qu'il se passe quelque chose. Au fond de lui, il y a quelque chose qui s'embrase. Et pourtant, elle n'est pas si jolie que ça...

Mon avis:
La couverture:
Au début, je ne comprenais pas pourquoi il y avait un arbre sur la couverture. Et puis finalement... tout s'explique. Clélia avait un arbre adoré dans le jardin de son ancienne maison, à qui elle confiait tout sous forme de petits messages qu'elle attachait à ses branches, son tronc, etc. On peut donc penser qu'il s'agit ici de son arbre, à qui elle a confié ses sentiments.

Le livre:
C'est une histoire qui se passe dans notre monde, il n'y a aucun élément magique ou fantastique. C'est une histoire qui parle de notre vie de tous les jours, que l'on soit adolescents comme les personnages, ou non.
En effet, elle parle d'amour (et tout le monde y est confronté un jour ou l'autre) mais aussi de jugement trop facile et de l'importance qu'ont les impressions des autres, leurs pensées.

Je m'explique: Tout d'abord le jugement trop facile, hâtif, appelez cela comme vous voulez. Vous savez, quand il y a quelqu'un un peu bizarre, du genre des piercings partout sur la figure, où le corps recouvert de tatouages par exemple. On ne peut pas s'empêcher de juger, et c'est bien dommage. Je ne vais pas me trouver des excuses, on le fait tous, plus ou moins certes, mais il n'empêche. Et pourtant, "L'habit ne fait pas le moine", ou encore, qui devrait vous être plus familier, "Don't judge a book by its cover" (Ne jugez pas un livre sur sa couverture). C'est ce que tous font dans ce livre vis à vis de Clélia. Même Tristan, avant d'apprendre à voir au-delà les apparences.

Et puis l'importance et le rattachement aux impressions et pensées des autres, car Tristan même après avoir une certaine attirance envers elle, une certaine amitié, ne peut s'empêcher de l'éviter ou de l'ignorer lorsqu'il est avec des amis. Il a peur des remarques, et évite donc de la voir, alors qu'il en meurt d'envie.

Voilà. Nous sommes tous confrontés à cela, que ce soit en voyant les autres agir de cette manière, ou parce-que nous même nous agissons comme ça. Mais après tous, on s'en fiche, non ? S'il y a des remarques, c'est que ce ne sont pas de véritables amis.

Au niveau des personnages, j'ai un peu fait le tour du côté de Tristan. Maintenant, Clélia. C'est une fille qui parle TRES bien, et qui puise sa force dans les livres en d'en d'autres choses un peu... particulières. Pour se calmer, elle regarde la nature (bon, ça, encore, ça va). Mais elle parle aussi aux arbres (ce qui est plus inhabituel quand même). Un personnage donc, bizarre, mais très sensible et très douce. Elle accepte entièrement que Tristan soit mal à l'aise lorsqu'il est avec des amis, et décide donc de s'éloigner de lui lorsqu'il est avec eux.
Je la trouvais très attachante, et finalement très humaine au milieu des autres.

Mon avis final:
Un livre que j'ai véritablement adoré, il passe très très proche du coup de cœur... Bon, j'avoue, c'est un coup de cœur. (Vous ne m'en voulez pas trop de ne chroniquer que des coups de cœur, ces derniers temps ?). Parce-qu'il est beau, on se sent réellement dedans, car on comprend ce qui se passe. Je veux dire, au niveau des sentiments, des réactions, etc. Et puis, la plume de Pierre Bottero est vraiment très belle. Ce sera donc (encore une fois) un...

C'est lundi, que lisez-vous? 28/04/14



Ce rendez-vous a été initialement créé par Mallou.
Le récapitulatif se fait chez Galleane.

Nous y répondons à trois questions:

 
 Qu'ai-je lu cette semaine?

 Cette semaine, j'ai lu:

"La Gloire de mon père" de Marcel Pagnol... et je l'ai finis !!
Un livre que j'ai bien aimé, même si je ne m'attendais pas du tout à ça.


et "Tout B2 mon amour" de Pierre Bottero.
J'adore cet auteur, et son écriture. L'histoire est sympa, bref, j'ai adoré.

 
Que suis-je en train de lire?

En ce moment, je lis:

"No et moi", de Delphine de Vigan.
Une lecture pour les cours que je dois lire avant la rentrée.
Je n'ai pas encore d'avis (oui parce-que je l'ai pas vraiment encore commencé en fait),
mais il m'a l'air plutôt bien. Il parle de pauvreté, etc.


Que vais-je lire ensuite?

Ensuite, je lirai... en fait, je ne sais pas vraiment. Peut-être "Le château de ma mère" comme je devais le lire la semaine passée ?
Je ne prévois rien, je préfère voir une fois que j'aurai finit "No et moi".
 
Bonnes lectures à vous,
 
À très vite,
Coccinelle

dimanche 27 avril 2014

Terrienne

Terrienne
de Jean-Claude Mourlevat
Éditions Gallimard Jeunesse
387 pages



Description:
Tout commence le jour où Gabrielle Collodi présente à sa sœur Anne son petit ami Jens. Immédiatement, Anna le trouve étrange et fait des rêves inquiétants sur lui. Elle en parle, inquiète, à sa sœur, qui ne prend pas compte de ses inquiétudes et ils finissent par se marier.
Malheureusement, le soir même du mariage, après une soirée dansante, Gabrielle s'éloigne au bras de Jens pour... disparaître.

Un an passe, un an sans nouvelle de la mariée, quand un appel au secours parvient à Anne: il existerait une route menant à Campagne qu'elle doit prendre pour sauver Gabrielle. Elle trouve le panneau indiquant la route et s'y rend.
Elle se retrouve alors dans un autre monde, où, aidée par Mme Stormiwell (une employée d'un hôtel de là-bas), elle apprend qu'elle ne doit ni respirer, ni pleurer, ni demander combien tel article coûte, etc. sous peine de se faire repérer par les autorités. Ce sont de choses qui n'existent pas dans cet autre monde, rendant ses habitants quelque peu étranges.

Anne aura bien des difficultés à retrouver sa sœur dans ce lieu étrange où rien n'est comme sur Terre.

Mon avis:
La couverture:
Je l'aime bien car elle est simple, mais aussi mystérieuse. On voit Anne enveloppée dans de la brume, et qui est en train d'en immerger. Elle est très belle (à mes yeux) car la dominante blanche la rend assez épurée, mais en même temps, elle contient tout ce qu'il faut: le personnage principal, le passage d'un monde à un autre, et une pointe de mystère à cause de la brume.

Le livre:
Quand j'ai acheté ce livre, et avant de commencer à le lire, je ne m'attendais pas à quelque chose d'exceptionnel, mais ce serait mentir que dire de mon impression qu'elle était juste.
L'écriture est vraiment excellente, car elle est fluide, et assez simple. C'est merveilleusement bien écrit, vraiment. C'est donc un énorme point fort pour l'auteur qui me donne envie de lire d'autres de ses romans.

La narration est intéressante: On commence par voir Anne en voiture sur une route. Elle se rend quelque part, mais l'on ne sait pas où. Il y a ensuite, tout le long du livre, des passages entre "présent" (Anne qui vit l'action principale) et passé (la rencontre avec le petit ami de Gabrielle, le mariage, etc.). Ainsi, on apprend au fur et à mesure. Je trouve cela pas mal car ça permet que ce ne soit pas "brut". C'est-à-dire que l'histoire ne soit qu'un fil, perdant les questions qu'il nous fait nous poser au début. Car au début, on ne comprend pas tout, et c'est tant mieux. Je n'arrive pas bien à l'expliquer, mais comme ça on apprend petit à petit, pas tout d'un coup, ce qui rendrait la narration beaucoup moins sympa.

Les personnages sont supers aussi, les gens de là-bas avec leurs airs de robots, leurs dégoûts des terriens et leurs manières étonnantes de mourir, en s'asseyant, et Anne, qui, au fur et à mesure de son voyage, prend conscience qu'elle aime la Terre.

Mon avis final:
L'écriture est superbe, l'histoire sympa et les personnages ont une certaine profondeur... un coup de cœur pour moi ! Si bien que je préfère ne pas trop en dire (et j'en ai déjà dit assez) car ça se résume à deux mots: Lisez-le !!


samedi 26 avril 2014

Yotsuba & !

"Yotsuba & !" de Kiyohiko Azuma
En France aux Éditions Kurokawa
Lecture "à l'envers" car ce sont des mangas.
230 pages environ pour chaque tome


Description:
Yotsuba, une jeune fille pleine d'énergie de six ans, et son père, viennent de déménager en ville. On suivra donc les péripéties de ce petit bout de chou attendrissant dans cette ville dont elle découvrira les lieux et les traditions avec son père, forcément, un ami de la famille, Jumbo (un véritable géant de part sa taille) et ses nouveaux voisins: la famille Ayase composée des deux parents et de trois filles. La plus âgée s'appelle Asagi, ensuite Fuuka, et la plus jeune, un peu plus âgée que Yotsuba, Ena.

Mon avis:
Les couvertures:
Elles sont à mon avis, magnifiques. Déjà par les dessins très bien faits, par les couleurs jolies et douces, mais aussi car elles sont toutes plus ou moins pleines d'humour. Ce qui annonce la suite...

Mon avis:
Rien que sur les personnages, j'adore ! :)
Ils sont vraiment drôles. Jumbo, qui rougit dès lors qu'il parle à une fille, le père qui est... bizarre et fait souvent des petites "bêtises" pour faire rire Yotsuba, les voisines, dont les deux plus grandes s'amusent des plaisanteries de Yotsuba et marchent même dans son jeu, et la plus petite qui trouve parfois cela... vraiment étrange. Et puis pour finir, Yotsuba, fraiche, énergique, drôle.

Ils m'ont fait sourire, et m'ont souvent (oh oui, très souvent) fait mourir de rire. On ne peut s'en empêcher, s'est vraiment... hilarant ! Les gags sont juste trop bien trouvés, c'est naturel, mais fou en même temps. Que demandez de plus ?

Mon avis final:
C'est vraiment une série de mangas à ne pas louper, c'est une pointe de fraicheur et d'humour, et ça ne fait jamais de mal. C'est juste dommage que les tomes soient maintenant difficiles à trouver. En fait, ils ne se vendaient pas assez en France, et ils ont un peu disparus des commerces.
C'est pour ça que j'ai eu du mal à compléter ma série (que j'ai commencée il y a un paquet d'années maintenant) et dont je n'ai pu acheter les deux ou trois tomes qui me manquaient il y a un an à peine. Les deux derniers tomes me manquant d'ailleurs toujours (j'ai une excuse: je ne savais même pas qu'ils existaient).
Heureusement, ils ne sont pas forcément à lire dans la suite, ils peuvent assez bien se lire séparément (même si les personnages font parfois des allusions à des faits qui se sont passés avant).
Dons: si vous avez la chance de tomber sur l'un des mangas de cette série, n'hésitez pas !! Pour ceux qui aiment l'humour absurde.
Ah, et dernière précision, on peut les lire presque à tout âge. Pas trop jeune non plus mais dès 9 ou 10 ans, ça passe. Et jusqu'à beaucoup plus vieux aussi ! Toute ma famille les a lus, et ils ont tous aimé !
C'est un gros...

vendredi 25 avril 2014

La Gloire de mon Père

Souvenirs d'enfance, tome 1 :"La Gloire de mon père"
de Marcel Pagnol
Édition Livre de Poche
380 pages
 
 
Description:
Dans ce livre, Marcel Pagnol nous parle de son enfance, alors qu'il n'avait que 8 ans. Plus particulièrement de ses vacances avec son père Joseph, sa mère, son frère Paul, sa tante et l'oncle Jules.
Il nous parle des préparatifs, comprenant les achats dans la vieille brocante du coin et le bricolage qui suivis pour tout remettre en état, du trajet à pieds jusqu'à la maison de campagne, puis finalement des vacances en elles-mêmes.

Mon avis:
La couverture:
Au début, je ne l'aimais pas trop. Puis en y réfléchissant, elle fait bien carnet. Et la "photo" que je ne trouvais pas très belle a pris tout son sens à la fin du livre. Elle s'est donc retrouvée ici probablement comme pour décorer le carnet de Marcel "petit", carnet qu'il a écrit à la fin des vacances... comme on pourrait le croire si l'on ne savait pas que Marcel l'avait écrit beaucoup plus tard. Pour finir, je l'ai même bien aimé, contrairement à mes premiers sentiments.

Le livre:
Quand j'ai commencé ce livre, je ne savais pas du tout de quoi il serait question, ni à quoi m'attendre, car il n'y a pas de quatrième de couverture, et que je ne savais pas qu'il s'agissait d'un texte autobiographique. J'ai donc été surprise, mais agréablement surprise.

Même si ce n'était pas forcément le cas au moment de la publication, il permet de nos jours, de voir de quelles manières ils vivaient, avant. On connait déjà un peu, même sans le lire, mais c'est toujours intéressant de voir la différence entre avant et maintenant.

Ensuite, l'histoire est racontée avec simplicité, et parle bien des sentiments du héros (remarque assez bêtes puisqu'il s'agit de lui-même, mais même si l'on a vécu nous-même les événements, ce n'est pas forcément facile de retranscrire ce qui s'est passé, ce que l'on a ressenti, etc.). Marcel s'en sort très bien. Il arrive même à reprendre l'esprit enfantin qu'il avait à l'époque et la pensée assez simple d'un enfant de cet âge. Par contre, à certains moments, j'ai eu l'impression que, au contraire, il pensait un peu trop "grande personne", et du coup, il m'arrivait d'en oublier son jeune âge (huit ans).


Pour finir, je vais parler un peu des personnages. Tout d'abord, j'ai trouvé dommage que la tante n'intervienne pas plus. Peut-être était-elle discrète, ou peut-être tout simplement ne faisait-elle rien de spectaculaire (sans pour autant avoir une triste vie) qui ne méritaient de paraître dans le livre.

Paul est intéressant dans la manière d'être décrit (je ne parle pas du vrai homme mais bien du personnage) car on sent bien son côté encore un peu niais, même s'il surprend parfois par son intelligence.

Ça m'amène au personnage principal, Marcel, qui est parfois un peu méchant avec lui. Jamais gravement, mais tout de même. Attention, je ne juge pas l'auteur, car je trouve cela bien, justement, qu'il ne garde pas que ses bons côtés. Et puis cela rappelle bien la jeunesse, où l'on veut être meilleur que son petit frère ou sa petite sœur.

Pour les deux personnages suivants, je vais me contenter de les décrire rapidement sans commenter. Le père est directeur d'école primaire, laïque. Il est fort dans son domaine et dans les certains jeux d'enfants. Marcel l'aime beaucoup, il est un peu son idole. Mais l'oncle Jules, qui est un peu vaniteux, le domine à la chasse, et ne perd pas une seconde pour faire l'éloge de soi-même. Le père et l'oncle sont, du point de vue de Marcel, un peu toujours en compétition. Le sont-ils réellement, ou n'est-ce que l'avis de Marcel ? En tous cas, l'oncle ne paraît pas très agréable, entre autre car il se vante tout le temps.

Mon avis final:
Un livre que je n'imaginais pas du tout comme ça (le fait que je ne m'attendais à rien joue sûrement !) mais que j'ai bien aimé. Ce fut un plaisir de passer ces vacances avec Marcel et sa famille à la campagne !
Il n'est pas forcément long à lire (j'ai lu la moitié du livre en deux jours), mais il peut parfois être un peu lourd, et dans ce cas plus long à lire du fait que l'on aura du mal à avoir envie de le continuer (d'où la première moitié que j'ai lu en... une semaine, car ça me soûlait parfois, et que je préférais faire autre chose).
Malgré ce point négatif (le seul !), c'est un livre agréable et sympa, sur les vacances d'une famille, selon le point de vue d'un petit garçon, ma foi fort lucide pour son jeune âge.
Le mot de la fin...

mercredi 23 avril 2014

Avis film#3: Into the wild

Into the wild,
Produit par Sean Penn, Art Linson et William Pohlad
Et les studios River Road Entertainment et Films, Art Linson Productions et Paramount Vantage
 Réalisé par Sean Penn
D'après l'œuvre de Jon Krakauer, inspirée d'une histoire vraie,
Pour une durée de 2h27min
Sortit en Janvier 2008 

Présentation:
L'histoire:
Le film est adapté du livre "Into the wild" dans la version originale intitulé "Voyage au bout de l'inconnu" en version française écrit par Jon Krakauer en 2006. Il raconte l'histoire vraie d'un jeune étudiant qui voulait être libre.

Christopher McCandless est un jeune étudiant tout juste diplômé. Il a des A dans toutes les matières et pourrait facilement faire un métier important s'il le souhaitait. Mais il ne le souhaite pas, justement.
Lorsqu'ils étaient petits, lui et sa sœurs, et encore maintenant, ses parents se disputaient sans cesse, sans tenir compte du trouble qu'ils pouvaient provoquer dans l'esprit de leurs enfants. Ils s'insultaient et devenaient parfois violents.
Christopher, donc, n'a que faire de ses études de petit riche qui le ferait ressembler à papa et maman.

Il décide de partir, en aventurier, loin de sa maison et des gens qui y vivent. De partir sans prévenir personne, ni même sa petite sœur avec qui il est pourtant complice, se disant qu'ils sont suffisamment proches pour qu'elle le comprenne.
Il détruit tous les liens qui l'unissaient encore à son ancienne vie, ses papiers, ses sous, sa voiture, et il s'en va, tel un vagabond.

Il décide d'aller vers le Sud, l'Arizona, le Grand Canyon, la Californie. Il sera aidé durant sa route par des vagabonds, comme lui, et des hippies.
Mais il se rendra compte qu'il veut vivre seul, et il se met en tête d'aller en Alaska... son but suprême. Lorsqu'il y arrivera enfin, il trouvera un bus abandonné qui deviendra sa maison, et il vivra de sa chasse et de ses cueillettes.

Genre:
Aventure, Drame

Les personnages:
Il rencontre énormément de personnes durant son périples, et ce serait trop long (et ennuyant) de tous les décrire. Juste un aperçut des plus importants, donc.




Christopher McCandless, interprété par Emile Hirsch.






(À gauche) Carine McCandlesse, interprétée par Jena Malone.









          Walt McCandless, interprété par William Hurt











         Billie McCandless, interprétée par Marcia Gay Harden






Mon avis:
L'histoire:
C'est une histoire juste magnifique. Elle incite à vivre et aide à se rendre compte de ce qu'est l'amour. Une histoire très touchante, surtout lorsque l'on sait qu'elle est vraie (ou du moins en partie)... Je me souviens que lorsque je l'avais vu, petite, j'avais été touchée... profondément touchée. Et lorsque je l'ai revu, j'avais beau connaître le film dans les grandes lignes et la fin, j'ai été à nouveau touchée... Il est juste, triste, dramatique, mais aussi très beau. Il parle de liberté. Qu'Est-ce-que la liberté? Peut-on se considéré libre lorsque l'on vit loin de ses parents, de sa famille, sans leur donner de nos nouvelles? Peut-on se considérer libre si l'on vit sans monnaie, sans personne, sans "soucis" ? Sommes-nous réellement libre de faire ce que l'on veut si l'on s'éloigne de la société ? Un film bourré de questions, de réflexions et surtout juste.

Le fait que l'on voit aussi le côté "famille" avec des commentaires de sa sœur nous fait nous poser encore plus la question. Il était tellement pris par cette obsession de liberté, de bonheur, que finalement... ne l'a-t' il pas perdu ? N'a-t' il pas privé sa sœur de sa présence ? Il cherchait le bonheur, mais ne l'a-t' il pas enlevé aux autres ? Certes, les parents s'entendent finalement mieux, mais après ? S'ils sont si tristes de son départ, n'est-ce-pas tout simplement parce qu'ils l'aiment, même s'ils avaient du mal à le montrer?
Les réflexions de la sœur montrent aussi son manque, finalement, de confiance en lui. Elle lui faisait confiance, au début, mais son absence trop longue l'a fait douter, elle aussi. Elle s'est sentie trahie, abandonnée...

Personnages:
Bon. J'en ai déjà parlé un peu plus haut, du coup. Le fait que les parents se rapprochent et ne semblent plus si agressifs que cela finalement, le fait que la sœur doute...
Pas grand-chose de plus à dire, sinon que j'ai adoré les personnages "secondaires" aussi, qu'il rencontre durant son "voyage". Ils ont beau être spéciaux, ils sont attachants et en accord personnalité/tête de l'acteur/manière de jouer de l'acteur.

Mon avis final:
Un film juste magnifique qui pose des questions justes et toujours d'actualité. Très touchant et très triste aussi. À voir, pour la beauté de la chose.
Un coup de cœur pour moi !

Et pour finir, car je ne savais pas où le caser, et du coup, ça va tomber un peu à plat: L'histoire n'est pas racontée sur un seul fil. Je veux dire: dès le début, on voit Christopher en Alaska. Puis l'histoire se déroule à partir du début, du commencement, avec parfois de courtes scènes sur sa vie en Alaska. Voilà, j'avais prévenu, ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe...

Et vous, l'avez-vous déjà vu ? L'avez-vous aimé ? Laissez-moi ça dans les commentaires! ;)

mardi 22 avril 2014

Starters tome 2 : "Enders"

Starters tome 2 :"Enders"
de Lissa Price
Éditions Robert Laffon
401 pages

Description:
Alors que Callie, Tyler et Michael vivent à présent dans la maison qu'ils ont eu en héritage de Helena Winterhill (l'ancienne propriétaire du corps de Callie), le "vieux" s'introduit dans l'esprit de Callie et lui prouve qu'il peut toujours contrôler les Metals (Starters "loueurs") en faisant exploser la puce d'une fille dans le centre commercial.

Callie fait alors la rencontre de Hyden, qui souhaite la protéger en la mettant à l'abri dans un endroit ou le "vieux" ne pourra pas détecter sa puce. Elle accepte et apprend que son sauveur n'est autre que le fils du "Vieux", qui, réellement, s'appelle Brockman. 

Voyant le danger que courent les Metals, ils partent à leur recherche, et les rallient à leur cause, soit par la parole, soit, s'ils s'enfuient, par la force.
Une communauté de Metals se forme petit à petit dans la maison de Hyden, où leurs puce sne peuvent être repérées.

Ne reste plus qu'à empêcher Brockman de transformer les Metals en sa possession en dangereuses armes de crimes.

Mon avis:
La couverture:
Toujours magnifique, j'adore les circuits électriques. Par contre, je la trouve beaucoup moins belle que celle du premier tome car le fond bleu alourdi trop à mon goût  et parce-que l'homme à un aspect un peu trop "plastique" je trouve, par rapport à la fille du premier tome. C'est tout de même une très belle couverture.

Le livre:
C'est avec plaisir que l'on retrouve cet univers et ses habitants, mais c'est étrange que Callie, Tyler et Michael vivent à présent dans le luxe. Juste le temps de s'y habituer, et on trouve que c'est finalement une bonne idée: il y a un changement du tome 1 au tome 2, ce qui, en plus, créé un changement de comportement.

J'aime bien la complicité qu'à Callie avec Hyden, et le point faible de celui-ci (de ne pas pouvoir toucher ou être toucher par quelqu'un) qui complique leur relation. De plus, il le rend vulnérable et touchant.

Je n'ai pas forcément grand-chose à dire sur ce tome, mais il y a un petit point faible qui ressort quand même. Heureusement, il apparaît assez tard dans le livre, c'est que Callie est parfois énervante, voire très énervante. Du coup, la lecture en était moins agréable, surtout quand (passez directement au paragraphe suivant qi vous n'avez pas lu le livre, car spoile) elle cherche son père, qu'elle s'obstine... J'aurais sûrement réagit pareil, mais ça m'a un peu soûlé, présenté comme ça, à l'écrit. Enfin bref, ce n'est que mon avis.

Mon avis final:
Je trouve ce tome un peu moins bien que le précédent, car dans le 1er tome, Callie ne comprenait pas tout ce qui se passait, ses sautes de mémoires donnaient quelque chose d'inquiétant et d'angoissant. De plus, on y découvrait le monde...
Néanmoins, celui-là n'est pas nul, il mérite largement d'être lu.
Du coup, comme il n'est pas meilleur que le tome précédent (et pas assez inférieur pour que ce soit une déception), comme Starters, il a droit à un...

lundi 21 avril 2014

C'est lundi, que lisez-vous? 21/04/14



Ce rendez-vous a été initialement créé par Mallou.

Nous y répondons à trois questions:

 
 
Qu'ai-je lu cette semaine?

 

Cette semaine, j'ai lu... très petite semaine:

"La Gloire de mon père" de Marcel Pagnol.



Que suis-je en train de lire?

En ce moment, je lis:

"La Gloire de mon père" de Marcel Pagnol.
Je m'approche de la fin, enfin!



Que vais-je lire ensuite?

Ensuite, je lirai:

"Le château de ma mère" de Marcel Pagnol.
En espérant qu'il ne me prendra pas une semaine aussi...


Bonnes lectures à vous,
 
À très vite,
Coccinelle

samedi 19 avril 2014

Starters

Starters
"Survivre n'est qu'un début"
de Lissa Price
Éditions Robert Laffon
449 pages

Description:
Callie Woodland, son frère Tyler et Michael, un ami, vivent dans des immeubles abandonnés, pourchassés par les marshals. Depuis la guerre des spores, auxquels n'ont été vaccinés que les enfants et les personnes âgées (les plus faibles face à l'attaque, et finalement les seuls survivants), tous les starters (âgés de moins de 19 ans) qui n'ont plus de famille sont dans le même cas qu'eux. Tandis que ceux dont les grands-parents ont survécus, ou qui ont des tuteurs légaux, vivent dans le luxe. L'écart pauvreté-richesse est énorme.
Callie, voulant sortir son frère de cet enfer, et du même coup le soigner (car Tyler est malade depuis la fin de la guerre, soit environ un an), décide de louer son corps à Prime Destination pour une coquette somme.

Cela consiste à relier l'esprit du Starter "propriétaire" à celui de l'Ender (nom donné aux personnes âgées) "locataire" à un ordinateur afin que l'Ender s'approprie le corps du Starter pour une période donnée, durant laquelle il ne pourra ni blesser, ni tuer avec le corps dont il est locataire. Pendant cette période, le Starter n'aura conscience de rien. Son esprit sera comme endormi.
Seulement, après avoir loué son corps et s'être "endormie", voilà que Callie se réveille en plein milieu d'une location: sa puce grâce à laquelle elle est reliée à l'ordinateur à un disfonctionnement.
En fouillant un peu, elle apprendra que sa locataire avait des idées sinistres en tête et que, en voulant sauver son frère, elle s'est mise dans un sacré pétrin.

Mon avis:
La couverture:
Elle est MA-GNI-FI-QUE!! Même si le résumé me plaisait, c'est en partie pour elle que j'ai acheté cette saga. On se rend compte encore une fois que la couverture est très importante dans le choix d'un livre... et je me rends compte aussi de ma faiblesse! ^^

Le livre:
Le résumé au dos du livre m'avait bien plu: je trouvais l'idée très intéressante. Mais quand j'ai commencé, je me suis tout de suite rendue compte qu'il n'était pas du tout comme je l'imaginais (ce qui n'est pas mal en soit, juste surprenant).
Dans ce futur, les personnes âgées sont horribles, à jouer avec le corps des plus jeunes, et le manque des Middles (entre 19 et la soixantaine environ, quasiments tous morts pendant la guerre) se fait cruellement sentir.

Le trio Callie/Tyler/Michael est attachant mais il manque un peu de profondeur. Je ne sais pas comment l'expliquer, car ils ont une histoire, une vie, mais je trouve qu'il manque quelque chose. Une plus proche proximité entre eux? Une amitié plus flagrante? Et surtout: des moments plus nombreux passés ensemble?

Sinon, l'intrigue est bien trouvée, surtout que Callie est impliquée comme elle a des sortes de "pertes de connaissance" durant lesquelles sa locataire reprend le contrôle de son corps, et avance dans ses plans. Cela a un côté étrange de voir qu'elle n'est plus maîtresse de sa propre enveloppe corporelle...
Niveau intrigue, aussi, -spoile- lorsque l'on apprend que Blake n'était en fait que le "vieux", on a envie de relire le livre pour voir tous les moments où ils sont ensemble -spoile-.

Mon avis final:
Une idée fort intéressante (mais avec une manière de la tournée surprenante), une écriture fluide (sans être parfaite) et notre monde dans un futur, qui, je l'espère, ne nous arrivera jamais? À trouver dans ce livre pas exceptionnel, mais sympa quand même et qui donne à réfléchir, dans une histoire pas forcément "rose".