Mes dernières chroniques

http://laviscoccinelle.blogspot.fr/2017/01/harry-potter-et-lenfant-maudit-theatre.htmlCouverture Sauveur et fils, tome 2Couverture La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiverCouverture Minuit ! : 12 histoires d'amour à Noël

samedi 31 mai 2014

Bilan Mai 2014


Et voilà, nous sommes le dernier jour de mai, et alors que dehors le soleil brille à plein régime et que les oiseaux chantent, c'est l'heure du... Bilan, et oui !!

 
Le Mois de Mai a été le mois, du côté livres...
 
De 14 critiques. Et c'est partit pour la récap':

Tout d'abord, les...
 
-Lou tome 1"Journal Infime" de Julien Neel. Une BD pleine de fraicheur.
-Bilbo le hobbit, de J.R.R. Tolkien. Vraiment magnifique, fabuleux, et intelligent. Une merveille selon moi, parce-que j'adore ce genre d'histoire et que J.R.R. Tolkien est un grand, il faut bien l'avouer.
-Je m'appelle Budo, de Matthew Dicks. Un très beau livre qui alterne légèreté et moments plus sérieux. Un sujet original, des personnages attachants, j'adhère !
 
 
Ensuite, ceux que...
 
 
 
-Victoria Rêve, de Timothée de Fombelle. Court, simple, à essayer... d'occasion ou en le prenant à la bibliothèque (oui, parce-qu'il est un peu cher quand même)
-Le Château de ma mère, de Marcel Pagnol. Dans la continuité du premier tome. L'histoire est sympa, et fait passer un bon moment.
-Oksa Pollock tome 2 "La forêt des égarés" de Anne Plichota et Cendrine Wolf. J'ai largement préféré ce tome-ci au précédent, et ça m'encourage à continuer la saga.
-My love, mon vampire, de Manu Causse. Un chapitre sur deux en anglais, que demander de plus pour commencer la lecture en vo ?
 
 
 
Pour bien continuer, ceux que...


 
-Les filles au chocolat tome 1 "Cœur Cerise" de Cathy Cassidy. Ce que je regrette le plus, c'est le trop peu d'histoire, même si j'ai passé un bon moment à le lire !
-L'école est finie, de Yves Grevet. Une histoire quand même très poussée pour le peu de pages, mais dont le livre gagnerait à être plus long.
 

Et puis ceux pour lesquels j'ai ressenti une...

 
Aucun ce mois-ci !
 
 
Et pour mal terminer: ceux qui ont vraiment été une...

 
Aucun ce mois-ci !
 
 
 
Mais je n'ai pas fait que ça, et du côté Films...
 
J'ai fait une critique de...
 
-Belle et Sébastien. Un film magnifique, des paysages à couper le souffle, une histoire marquante et émouvante...
-Le fabuleux destin d'Amélie Poulain. C'est un livre assez étrange, mais très beau. La grande question du bonheur, avec en fond une BO plus que splendide.
 
et du côté séries...
 
J'ai fait une critique de...
 
-Switched at birth, une série dans laquelle deux enfants ont été échangés à la naissance. Un sujet, donc, assez sérieux, mais avec des pincées d'humour par-ci par-là. Cette série, ça parle aussi du rapport sourds et entendants... ce qui est très intéressant.
 
Ce mois, j'ai aussi commencé à participer à certains rendez-vous...
 
 Par exemple, les "Le Jeudi, c'est jeu livresque", auquel j'essaye et essayerai de participer régulièrement... d'ailleurs, je n'en ai pas loupé un seul ce mois-ci (à part le premier, mais il ne compte pas).
Et j'ai aussi commencé à participer aux "Top Ten Tuesday". Je préviens que je serai sûrement beaucoup moins régulière dans ce rendez-vous-ci puisque les sujets ne m'inspirent pas forcément.
 
Et tout dernièrement, j'ai aussi fait un tag que j'aimais bien...
 
Le tag "Possédez-vous un livre qui..." initialement proposé par Pocket Jeunesse. Il m'a permis de redécouvrir ma bibliothèque. Pour le voir, c'est par ici.
 
 
Mais Mai, ça a aussi été...
285 commentaires (et dont il y en a toujours la moitié qui sont de moi, ce qui fait en gros 142 de vous), pour un total de 502 au total !!
et 1769 pages vues pour un total de 3448 !
Merci à vous tous, vraiment!
Si on m'avait dis que mon blog aurait autant de succès (enfin, tout est relatif, mais quand même), je ne l'aurais pas cru !
 
Et voilà pour le mois de Mai,
Je vous souhaite à tous un excellent mois de Juin !
 
 
À très vite,
Coccinelle


Je m'appelle Budo

Je m'appelle Budo
de Matthew Dicks
Éditions Flammarion
431 pages

4ème de couverture:
Aussi longtemps que Max croit en moi, j'existe. Les gens disent que c'est ça qui fait de moi un ami imaginaire. Ce n'est pas vrai: j'ai mes idées et ma vie en dehors de lui. Mais j'étais là le jour où il a disparu. Je sais qu'il est en danger. Et je suis le seul à pouvoir l'aider.

Description:
Budo est l'ami imaginaire de Max depuis 5 ans. C'est l'un des plus vieux amis imaginaires. Certains ne vivent que quelques jours, voire quelques secondes. Mais Max est un enfant pas comme les autres, et c'est pour ça qu'il a besoin de Budo. Il vit plus à l'intérieur qu'à l'extérieur, et a du mal à se confier et à parler. Il n'aime pas le changement, et quand il y en a, il risque de se bloquer. C'est-à-dire qu'il ne peut plus bouger.
Heureusement, à l'école, il y a sa maîtresse, Mme Gosk. Elle prend bien soin d'elle. Comme il est particulier, il n'a pas qu'une maîtresse: il passe beaucoup de temps avec d'autres gens, comme Mme Patterson par exemple, qui l'aide dans l'école. Elle est là pour ça. Mais un jour, Budo va assister à l'enlèvement de Max, et il ne pourra pas agir. Il est partit, et Budo est le seul à savoir qui est le ravisseur.
À lui, maintenant, de se débrouiller pour sauver son ami.

Mon avis:
La couverture:
... est magnifique !! Elle est vraiment très belle à regarder, les couleurs et les formes sont biens choisies, ça fait vraiment "rêve d'enfant" et du coup, "ami imaginaire".

Le livre:
Tout d'abord, j'ai vraiment apprécié le point de vue: c'est vraiment très agréable de voir la vie, ce qui se passe, selon un ami imaginaire. De plus, cela permet d'en apprendre plus sur Max, puisque lui-même ne se confie jamais. Je ne sais pas vraiment comment dire, mais que l'on voit les amis imaginaires (parce-que Budo n'est pas le seul) est vraiment une idée fantastique. Tout simplement d'abord, parce-que ça m'a fait réfléchir, et que je me suis amusée à imaginer un bonhomme, juste pour voir comment il serait dans la vie et imaginer qu'il y a vraiment quelqu'un à côté de moi (oui, je suis folle ^^). Mon ami imaginaire à moi, finalement. Et puis ça change du côté que l'on s'imagine tous, qui est: les enfants grandissent, c'est pour ça qu'ils n'ont plus d'amis imaginaires. C'est bien pour ça... entre autre. C'est vraiment très dur à expliquer, mais c'est finalement très intelligent et intéressant.

On en apprend plus sur les amis imaginaires, comment ils pourraient vivre, les "lois" qui régissent leur monde. Et ça m'a fait sourire quand Budo rencontre d'autres amis imaginaires, qui, eux, n'ont pas d'oreilles, ou ont la peau jaune, juste parce-que leurs "inventeurs" les a imaginé comme ça. C'est aussi très marrant que certains sont simplistes, avec des traits hésitants, parce-que leurs "inventeurs" (je ne sais pas comment les appeler autrement, désolée pour les répétitions) n'ont pas assez d'imaginations. De plus, ils ne sont pas tous capables de faire les mêmes choses, puisque leurs amis ne les ont pas imaginés capables de les faire. Budo, par exemple, peut traverser des portes closes puisque Max voulait qu'il puisse se balader à loisir, mais il est incapable de traverser un rideau, puisque Max n'a jamais pensé que cela serait utile. Budo ne dort pas non plus, alors que beaucoup d'autres amis imaginaires dorment. Ils sont donc tous différents, aussi bien physiquement que par leurs capacités. Mais ils se rejoignent tous sur plusieurs points: aucun d'eux ne peut interagir avec le "vrai" monde. Ils ne peuvent pas bouger les objets (et pourtant en ressentent l'idée -ce n'est pas très clair, vous feriez mieux de lire le livre pour en savoir plus ^^) ni parler à quelqu'un d'autre que leur inventeur. Bien sûr, ils peuvent aussi parler entre eux, mais c'est tout. Ces moments-là étaient assez frais.

Le livre se lit très rapidement, ou du moins très facilement. Cela est dû à l'écriture très facile et simple (mais complète, attention, ce n'est pas une critiques, au contraire !). En effet, Budo parle avec des phrases plutôt simples, et des expressions qu'il entend autours de lui, et comme il vit dans un monde d'enfants, les phrases ne sont pas trop compliqués. L'auteur c'est bien débrouillé, puisqu'il parle simplement, mais de manière juste et finalement, pas trop simple non plus: il a trouvé le juste milieu.

Voici pour le côté "joyeux". Mais ce n'est pas tout ! On pourrait ce dire: bon. C'est une histoire d'amis imaginaires, ça va être très enfantin, mais pas du tout ! Là encore, l'auteur a bien joué de sa plume, puisqu'il a intégré des éléments beaucoup plus sérieux. L'autisme de Max par exemple (il n'est jamais dit explicitement qu'il est autiste, mais c'est ce qu'il m'a semblé d'après ces descriptions, corrigez-moi si vous n'êtes pas d'accord), qui est quand-même plutôt sérieux comme sujet. Ça entraîne pas mal de disputes avec ses parents, des problèmes à l'école, etc.
Il y a aussi les moments qui se passent le soir, quand Budo va faire un tour à la station-service ou à l'hôpital par exemple, qui sont beaucoup plus sombres (sans trop l'être non plus, ce qui prouve le coup de génie de l'auteur, encore une fois), puisqu'on parle dans ces moments-là des petits enfants qui sont blessés, qui sont dans le coma, etc. Heureusement qu'il y a les autres amis imaginaires pour recolorer un peu le tout.

Un autre aspect qui donne un peu de tristesse au récit (mais que j'ai beaucoup aimé), c'est le fait que les amis imaginaires s'effacent si leurs "créateurs" ne croient plus en eux. Ça donne des moments assez émouvants, mais pas déprimants non plus.

Mon avis final:
Un livre vraiment sympa, qui mélange moments joyeux et frais et d'autres bien plus sombres. L'auteur arrive à mélangé les genres, puisque le sujet des amis imaginaires est plutôt marrant, mais celui de l'autisme ou de la maladie l'est beaucoup moins. De plus, on y trouve un peu de tout: des instants de découvertes, d'autres d'actions, d'autres beaucoup plus calmes mais néanmoins remplis d'"actions" dans un certains sens, mais il s'agit là d'actions... verbales (ça se dit ?) ?
En bref: un livre émouvant, mais aussi frais et léger, qui m'a rendue bien tristes à certains moments (mais pas du tout au point de pleurer, plutôt une sorte de tristesse mélancolique). À lire. Je le conseille à tout le monde !!

jeudi 29 mai 2014

Le jeudi, c'est jeu livresque, semaine 52


Le jeudi c’est Jeu Livresque, c’est un rendez-vous pour jouer avec nos livres,
nos bibliothèques et nos romans préférés. Tous les détails
ici.
 
 
Semaine 52: La meilleure suite que vous ayez jamais lu ?
 
 Encore une fois, la sélection s'annonce difficile... J'ai lu tellement de sagas que je ne sais pas trop quoi choisir. Je serais tentée de répondre Oksa Pollock tome 2, non seulement parce-que je l'ai lu il y a peu et qu'il surpasse (à mes yeux) largement le premier tome.

Mais en y réfléchissant, il y a aussi toute la saga Uglies, de Scott Westerfeld. Tout simplement parce-que cette série est un véritable coup de cœur !

Mais je crois finalement (après mûres hésitations -parce-que c'est trop dur de ne choisir qu'une suite-) que je vais choisir... Vango. Oui, parce-que le deuxième tome m'a autant transporté que le premier, que j'ai frissonnée, que j'ai eu peur, que j'ai réfléchis... Un livre à la hauteur du premier tome, qui clos en beauté cette merveilleuse saga. À mettre entre toutes les mains.

Encore une fois, je précise que c'est bien à contrecœur que j'ai enlevé tous les autres bons tomes des autres sagas. Parce-que je pourrais aussi dire "Tara Duncan" (et j'assume, bien qu'il y ait beaucoup de mauvaises critiques sur ces livres), ou bien Harry Potter (mais j'ai jugé cela trop facile).
Il y a tellement de livres que j'ai aimé, que ça brise toujours un peu le cœur de n'en choisir qu'une. Enfin bon... c'est les règles !
 
Et vous, qu'elle est la meilleure suite que vous ayez jamais lu ?
 
À très vite,
Coccinelle

Tag: possédez-vous un livre qui... ?


Voici mon tout premier tag sur ce blog. Je l'ai vu chez Livresse des Livres (par ici), qui elle-même l'a vu chez Bouchon des Bois (ici). Il a d'abord été créé par Pocket Jeunesse (oui, je sais, ça devient compliqué).

Testbiblio


















Le thème est "possédez-vous... ?". J'ai essayé de prendre des livres peu connus ou auxquels on ne pense pas forcément, plutôt que d'autres très connus...
Allez, c'est parti !

1) une série complète de plus de trois tomes: Alors oui, j'en ai plusieurs même. J'ai par exemple la série "Uglies", de Scott Westerfeld, ou "Amandine Malabul" de Jill Murphy, pour ne citer qu'elles.
Couverture : Amandine Malabul : La sorcière maladroite

2) un livre avec la tranche abimée: Ça va pas non ? Bon... je dois bien avouer que Tara Duncan tome 2 a un peu souffert (mais pour ma défense, l'encre des pages bavait alors je devais tenir le livre bizarrement pour ne pas tout tacher), mais c'est bien le seul.

3) un livre avec une préface: Oui. Sherlock Holmes, Étude en Rouge (de Arthur Conan Doyle, ça va de soi) qui est le premier tome des Sherlock Holmes.

4) un livre dans une langue étrangère: Oui, mais ce n'est pas vraiment un livre. Ça s'appelle "Simply Suspense", et il est composé de trois nouvelles qui font plus ou moins peur. Je l'avais gagné à un concours "The Big Challenge" en 6ème parce-que j'étais bien classée (4ème de mon niveau au collège et 6ème au départemental -et non, je ne me la pète pas du tout-)

5) un livre que vous ne lirez sans doute jamais: "En selle ! Des chevaux dans la neige" de Christine Féret-Fleury et Geneviève Lecourtier. Je l'avais eu petite et je n'ai pas souvenir de l'avoir déjà lu...

6) un livre que vous avez détesté: Il y en a que je n'ai pas trop aimé (comme Mathieu Hidalf, le premier tome -en même temps, je n'ai lu que celui-là). Mais un que j'ai détesté, je dirais "Le trésor des templiers" (de la saga l'apprenti alchimiste) de Arthur Ténor. Une écriture lourde, une histoire selon moi sans intérêt, enfin bref: je n'ai pas du tout accroché.

7) un livre avec plus de 3 feuilles vierges à la fin: Je ne crois pas, mais pour être honnête, je n'ai pas cherché non plus.

8) un livre que vous avez lu plusieurs fois: Je pourrais dire Harry Potter mais ce serait trop simple (et pas assez original). Alors ce sera (attention, il y en a plusieurs, car je n'ai pas su me décider): "La sorcière de Venise" d'Andréa Molesini, "Grandir, c'est (pas) cool !" de Karen McCombie, "La double vie de Charlotte" et "À nous deux", de Jacqueline Wilson. Des livres que j'avais eu petite et que j'ai lu et relu sans jamais m'en lasser (mais ils sont encore en bon état).

Couverture : La sorcière de VeniseCouverture : Indie Kidd, Tome 4 : Grandir c'est (pas) cool !Couverture : La double vie de CharlotteCouverture : A nous deux !

9) un livre avec une couverture argentée: Trackers tome 1 "Glyphmaster", de Patrick Carman. Je pense le relire bientôt pour vous faire une chronique, même s'il ne m'avait pas trop plu la première fois.

10) un livre sans remerciements: Désolée, mais j'ai un peu la flemme de chercher...

11) un livre avec une découpe de couverture qui sort de l'ordinaire: Non.

12) un livre qui a toujours un bandeau "nouveauté"/"en ce moment au cinéma": Et bien, encore une fois, Trackers (et c'est bien le seul livre, les autres disparaissent bien vite), parce-que le bandeau est bien fait et qu'il apporte à la couverture trop simple. En fait, maintenant, le bandeau fait partie de la couverture, et je ne verrais absolument pas le livre sans.

13) un livre, qui, à la base, ne vous appartenait pas: J'en ai eu à un moment, mais je les ai rendu à leur propriétaire quand je m'en suis rendue compte.

14) un livre dont la jaquette a mystérieusement disparue: Non, jamais !

15) deux fois le même livre: Non, j'ai toujours bien fait gaffe à ne pas acheter deux fois le même livre.

16) un livre sans auteur: Les Geronimo Stilton et les Téa Stilton. Ce n'est qu'en regardant dans ma bibliothèque que je me suis aperçus que l'auteur n'est autre que... Geronimo Stilton. Je ne m'en étais jamais rendue compte avant !

17) un livre qui a un format atypique: Heu... non, je ne crois pas. Tout dépend de ce que l'on entend par "atypique".

18) des e-books: Jamais de la vie ! Ce ne sont pas des vrais livres pour moi, qui aime le contact avec le papier, et le toucher des pages, l'odeur des vieux livres, etc.

19) une série dont les tranches forment un motif: Oui. Indiana Teller et Harry Potter (parce-que j'ai un coffret). J'adore le dessin formé par les tranches d'Indiana Teller, il est très beau.

20) des livres dérivés d'une série (nouvelle, livre compagnon...): Non, mais je n'ai pas forcément envie d'en avoir.

21) tous les livres parus d'un auteur: Malheureusement non, mais j'aimerais bien avoir tous les "Bottero".

22) un livre avec comme thème le voyage dans le temps: Oui, j'en ai même deux: "Les cabanes magiques" ^^

23) un livre dont l'intrigue se déroule dans un vaisseau spatial: Non, mais ça pourrait être sympa !

24) un livre que vous avez acheté pour la couverture: Oui, il y en a plusieurs. Chroniques du monde émergé, par exemple, de Licia Troisi. Disons que c'est pour la couverture, mais aussi parce-que j'avais vu qu'il avait une bonne note, et qu'il me faisait trop envie. Mais je ne connaissais pas vraiment l'histoire, et je n'avais lu aucun avis (ce qui est encore le cas, puisque je ne l'ai toujours pas lu). Il y a aussi, comme beaucoup de monde, "Multiversum" de Leonardo Patrignani, mais là encore, il me faisait envie, même sans la couverture.

Couverture : Les Chroniques du Monde Émergé, L'intégraleCouverture de Multiversum

25) un livre dont l'intrigue se déroule en Australie: Je suis venu, j'ai cherché (je vous jure), et... je n'ai rien trouvé. Pourtant, j'aime beaucoup ce continent !

26) un livre dont vous aimez particulièrement le titre: Il y en a plusieurs, mais si je devais n'en choisir qu'un, bien que je n'ai pas trop aimé le livre, ce serait "Le chat tombé du ciel la veille de Noël", de Christophe Bordet.

27) un livre avec un animal sur la couverture: Oui, plusieurs. "L'école des chats" par exemple, de Jin-Kyeong KIM. Ah, bah en fait, peut-être qu'il entre dans la question 17 (format atypique), parce-que c'est un livre carré...

Couverture : L'École des chats, tome 1 : Le Secret de la Grotte de Cristal

28) un livre dans lequel un personnage porte votre prénom: Oui. Cœur Cerise, au début... mais je ne vous en dirai pas plus. C'est assez rare que je croise mon prénom (car il n'est pas forcément très courant), mais quand ça arrive, je saute de joie ! ^^

29) un roman de zombies: Non, parce-que je n'aime pas trop ce genre d'histoire (dit la fille qui a envie de lire The Walking Dead ;-) ).

30) (dernière question) un roman qui n'est pas dans votre bibliothèque parce-que vous l'avez prêté: ... Je ne prête jamais mes livres ^^
Non, en vrai, c'est vrai que ça ne m'arrive jamais, mais si un de mes livres fait envie à un amie, ça ne me dérangerait pas de lui prêter (à condition qu'il/elle me le rende en parfait état bien sûr ^^).

Voilà, le tag est terminé, j'espère que ça vous a plu. Dîtes-moi si ça vous dis que j'en fasse d'autres ! Moi, ça m'a bien amusée, et ça m'a permis de redécouvrir ma bibliothèque. Allez, c'est votre tour maintenant, amusez-vous, et bonne chance ! ;-)
Si vous faites le tag, mettez-moi le lien dans un commentaire, ça me ferait plaisir d'aller voir vos réponses !

mercredi 28 mai 2014

Avis film#5: Le fabuleux destin d'Amélie Poulain

Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain : Affiche Audrey Tautou, Jean-Pierre Jeunet
Le fabuleux destin d'Amélie Poulain
Produit par Jean-Marc Deschamps
Et les studios France 3 cinéma, StudioCanal, Tapioca Films, Victoires International, Filmstiftung, MMC Independent Gmbh et Sofica Sofinergie 5.
Réalisé par Jean-Pierre Jeunet
Pour une durée de 2h00min
Sortit en avril 2001

Présentation:
L'histoire:
Amélie Poulain est une serveuse dans un bar. C'est une jeune femme qui aime observer et imaginer. Alors qu'elle-même n'a pas été très gâtée par la vie, elle va se mettre en tête de semer le bonheur autours d'elle. Elle va chercher à leur améliorer la vie, mais cela de manière discrète. Elle va alors user de stratagèmes.
Elle va rencontrer, par le biais d'un photomaton, d'un jeune homme, Nino Quincampoix, qui collectionne toutes les photos des photomatons que les gens jettent ou font tomber par terre. Il pourrait bien être le bon. LE prince-charmant, et Amélie va chercher à en savoir plus sur lui... tout en continuant de laisser le bonheur là où elle passe.

Genre:
Comédie.

Les personnages:
Et bien forcément, il y a...
Audrey Tautou


Audrey Tautou, qui joue Amélie Poulain. C'est une jeune femme un peu bizarre, et qui m'a parfois un peu dérangée... Elle observe, analyse. Elle veut que les gens soient heureux, peut importe si elle-même passe au second plan.





Mathieu Kassovitz


Nino Quincampoix, joué par Mathieu Kassovitz. C'est en perdant son cahier dans lequel il colle tous les photomatons ramassés qu'il va "lancer" Amélie à ses trousses. En ramassant les photos des Photomaton, il remarque régulièrement le même homme, avec toujours le même visage sévère. Alors, il enquête sur son identité.



Rufus



Il y a aussi le père d'Amélie, bien qu'on ne le voit pas beaucoup. Il est joué par Rufus. C'est un homme qui n'a pas forcément toujours été là pour sa fille. Heureusement qu'elle ne lui en tient pas rigueur...





Il y a pas mal de gens dans l'immeuble dans lequel vit Amélie Poulain et qu'elle croise. Comme ce serait long de tous les présenter, je ne vais que dire que Jamel Debbouze joue dans le film. Mais attention, il ne joue pas là un comique, non. Ici, il est en simplet du nom de Lucien, qui travaille pour un homme cruel qui passe son temps à se moquer de lui, dans un étalage de légumes. Pour finir, je vais présenter une des filles (parce-que je n'ai pas retrouvé la deuxième, ni l'actrice, ni le nom du personnage) avec qui Amélie travaille au bar:

Isabelle Nanty



Isabelle Nanty, qui joue la buraliste du café, Georgette. Elle est hypocondriaque, mais Amélie va régler ça...







Mon avis:
La musique:
Je ne suis pas trop musique en général. Quand je dis musique, je parle de la musique que l'on entend à la radio. Je ne dis pas que je n'aime pas la musique du tout. Non. Mais seulement, je ne les aime pas toutes. Et bien... La musique d'Amélie Poulain fait partie de celles qui ne me dérangent absolument pas de réécouter régulièrement tellement elle est belle (avec Forest Gump et Harry Potter, mais c'est une autre histoire).
Allez, je vous fais profiter de cette grandiosité (et tant pis si le mot n'existe pas). C'est par ici.
Juste parce-que ça lave les oreilles un bon coup et que ça fait du bien.

L'histoire:
Ah ! Tout d'abord, j'ai complètement oublié d'en parler: c'est un film français !!
Bon. Revenons à nos moutons. Pour l'histoire, et bien... Je l'avais vu quand j'étais beaucoup plus petite (mais pas en entier) et je ne m'en souvenais donc plus du tout. Et quand je l'ai revu, j'ai trouvé ça assez bizarre. Attention ! J'ai bien aimé, là n'est pas le problème, mais... je vais en parler.

Pour les personnages qu'elle rencontre, je les ai tous bien aimé. En particulier l'homme de verre, qui observe les gens grâce à une caméra. Malheureusement, je n'ai pas retrouvé l'acteur (donc désolée, mais vous n'aurez pas le nom). Ils sont tous très sympathiques, bien qu'ils soient aussi parfois étranges. Un personnage que je n'aime pas trop par contre, c'est Georgette. Elle m'a plus énervée qu'autre chose. Le pire, c'est que je ne saurais pas dire pourquoi. Quoi qu'il en soit, elle ne m'a pas plu.
On ressent pour tous à un moment où un autre de la pitié. Pour le pauvre Lucien, pour le père d'Amélie, bref, pour tous. Et aussi pour Amélie.

En effet, elle essaye de rendre tout le monde heureux, sans vraiment penser à elle-même. Et en même temps que l'on ressent cette pitié, que l'on se dit qu'elle est bien gentille, elle donne aussi l'effet un peu d'une touche à tout, d'une impolie qui se mêle de ce qui ne la regarde pas. L'ensemble est donc parfois un peu dérangeant.

Un point particulier est la narration. Car il arrive qu'il y ait un narrateur externe qui s'adresse au spectateur pour décrire... mais à sa manière. J'ai beaucoup aimé la manière dont le narrateur parle. Oui, car ce n'est pas très basique. Dès le début, ça commence comme ça et ça revient plusieurs fois dans le film. Vous devez être en train de vous demander: "Comme ça quoi ?" Et bien je vais vous le dire. Il raconte certains événements avec grande précision, mais ce ne sont jamais des événements vraiment importants. Par exemple (j'invente, je ne m'en souviens plus exactement): À 13h58, dans la place patati patata alors que le vent soufflet doucement, à la table de la terrasse d'un café, la nappe se souleva légèrement à cause de la brise, et fit vaciller les couverts qui étaient poser dessus. Au même moment, alors que... à .... patati patata arriva..." enfin, vous voyez l'idée. Et encore, c'est beaucoup mieux dit dans le film.

Mon avis final:
Un film assez étrange finalement, mais très très bien, avec une musique magnifique. La recherche du bonheur, et ce qu'il est sont des thèmes abordés dans ce film. Il fait parfois sourire, mais gêne un peu aussi des fois. Il est très beau, très bien tourner, scénarisé, etc. À voir si vous ne l'avez pas encore vu !

mardi 27 mai 2014

My love, mon vampire

My love, mon vampire,
de Manu Causse
Collection Dual des Éditions Talents Hauts
84 pages de "vraies" lectures, mais 93 pages en tout

4ème de couverture:
Alicia, jeune vampire de 480 ans, est en âge de tuer pour se nourrir. Le Grand Conseil lui a désigné sa première proie. Mais Alicia n'est pas telle que ses parents la voudraient: elle ressent ce que les humains appellent des sentiments.

Baptiste, lycéen sportif et sans histoires, l'aperçoit à la fenêtre du château. Cette mystérieuse apparition l'intrigue. C'est alors que son grand-père lui apprend la vérité sur la mort de ses parents et sur la terrifiante mission dont il a hérité.

There will be blood !

Mon avis:
Le livre:
Tout d'abord, j'ai beaucoup apprécié le fait que (et c'est d'ailleurs pourquoi j'ai emprunté le livre à la bibliothèque) un chapitre sur deux soit écrit en anglais, d'autant plus que l'on change de point de vue à chaque chapitre (une fois Alicia, puis Baptiste). Il n'y a pas de traductions, mais ce n'est finalement pas nécessaire.

Pour parler de cette particularité, en premier, je peux dire que c'est un moyen très intéressant de commencer la lecture en VO pour ceux qui se disent qu'ils n'y arriveront pas... un peu comme moi. En effet, l'anglais n'est finalement pas si dur que ça. Mais j'avoue avoir été complètement paumée au début. Est-ce-parce-que le niveau était plus dur où parce-que je me suis habituée ? Je ne saurais le dire. Néanmoins, bien qu'il faille faire un effort pour lire en anglais, ça devient vraiment une partie de plaisir de changer de langue.
De plus, certains mots sont expliqués à la fin. Mais attention, pas de traductions, juste des explications... en anglais. Au niveau de ce "dico" je regrette qu'il ne contienne pas plus de mots, mais aussi qu'il y ait certains mots très simples à comprendre, à la place d'autres très compliqués. Par exemple, il me semble que le mot bat est connu de tout le monde, non ? Bon... pas forcément, mais c'est quand même un mot que l'on apprend en primaire...
Pour bien voir si l'on comprend tout, il y a une sorte de quizz à la fin. C'est sympa pour voir (ben... comme dit juste avant) si l'on a bien compris, mais ça ne s'attaque qu'aux éléments principaux, qui sont beaucoup plus faciles à comprendre que d'autres plus annexes. Donc pour le quizz... Il n'était pas indispensable. Après, ça peut peut-être rassurer ceux qui ne sont pas sûrs de ce qu'ils ont lu et veulent vérifier mais après...

Pour parler de l'histoire en elle-même: Bon, c'est encore une histoire de vampires... et j'ai horreur de ça depuis que l'on en voit à tous les coins de rue ! Sachez que ce n'est pas pour l'histoire que j'ai pris ce livre. Puisqu'il faut s'y attendre, ça ne vole pas forcément bien haut, bien que la lecture reste agréable. C'est l'histoire d'une jeune vampire qui n'est pas comme ses "parents". C'est-à-dire qu'elle n'aime pas le sang humain, et qu'elle ne veut pas en tuer. Elle se contente des animaux.
Un premier point positif: elle est différente. Différente au milieu de tout une espèce, pas comme dans Twilight où ils sont beaucoup à ne plus manger d'humains.

Deuxième point que j'ai bien aimé: le personnage de Baptiste. C'est un garçon qui n'aime que le simple et non le complexe, qui ne veut pas se compliquer la vie. Il préfère s'amuser à avoir de bonnes notes à l'école, et pourtant... le destin va en décider autrement. Il n'a pas été gâté par la nature, en perdant ses parents très tôt. Je ne dirais pas que c'est un personnage attachant, car je ne trouve pas ça personnalité assez mise en avant, mais je l'ai bien aimé. Parce-que je suis au final plutôt d'accord avec lui sur certains points, et que j'aime l'idée de vivre sans trop se soucier des choses complexes.

Dernier point que j'ai aimé, mais ça risque de contredire un peu le point précédent: la narration à la première personne. Ainsi, on voit ce que ressentent les deux personnages l'un pour l'autre, et l'on prend plus part à leurs pensées: ce qui les énervent, les embêtent, les chagrinent...

Mon avis final:
Un livre à mettre en toutes les mains des troisièmes/secondes (et même après) qui souhaitent commencer en douceur la lecture VO. Malgré un début en anglais assez compliqué, la suite est plus simple à comprendre.
L'histoire n'est pas fantastique, mais reste sympa. J'aurais juste bien aimé que la fin soit plus claire (spoile- car je ne sais pas trop si Baptiste est devenu un vampire ou non-spoile).
Pour l'idée de faire un livre un chapitre français/un chapitre anglais, je mets un...

lundi 26 mai 2014

C'est lundi, que lisez-vous ? 26/05/14



Ce rendez-vous a été initialement créé par Mallou.
Le récapitulatif se fait chez Galleane.

Nous y répondons à trois questions:

 
 Qu'ai-je lu cette semaine?

 Cette semaine, j'ai lu:

Oksa Pollock tome 2: "La forêt des égarés", de Anne Plichota et Cendrine Wolf.
Un livre que j'ai largement préféré au premier tome, et qui, du coup, me donne envie de continuer la saga.

 
et oui, c'est tout... ça fait un sacré contraste avec la semaine dernière !


 Que suis-je en train de lire?

En ce moment, je lis:

"My love, mon vampire", de Manu Causse (avec un chapitre sur deux en anglais)
J'avoue avoir un peu de mal pour l'instant à vraiment me mettre dans le bain. Je veux dire que l'histoire est pas trop mal (bon, c'est encore une histoire de vampires...) mais l'anglais est, je pense, un peu trop difficile encore pour moi. Là où j'ai du mal, c'est surtout du côté vocabulaire. Il faut voir le bon côté des choses, j'apprends plein de nouveaux mots comme ça !!

 

Que vais-je lire ensuite?

Ensuite, je lirai:

"Je m'appelle Budo", de Matthew Dicks... Du moins, si j'ai finis l'autre livre (mais je pense y arriver, il n'est pas si long que ça).


Bonnes lectures à vous,
 
À très vite,
Coccinelle

dimanche 25 mai 2014

Avis film#4: Belle et Sébastien

Aujourd'hui, je vais parler d'un film qui est sorti en salle il n'y a pas très longtemps (bon, c'était quand même il y a quelques mois, en décembre 2013, mais il est relativement récent, donc) et que j'ai bien aimé. C'est partit pour une description plus détaillée !

Belle et Sébastien : Affiche
Belle et Sébastien,
Produit par Clément Miserez, Matthieu Warter, Frédéric Brillon et Gilles Legrand
Et les studios Gaumont, Radar et Épithète Films
Réalisé par Nicolas Vanier
D'après la série "Belle et Sébastien" écrite et réalisée par Cécile Aubry,
Pour une durée de 1h44min
Sortit en décembre 2013.


Présentation:
L'histoire:
L'histoire se passe dans les Alpes, dans une France occupée par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale. Un jeune garçon orphelin, Sébastien, fait un jour la rencontre avec le "chien fou", la "bête" qui tuerait, d'après les villageois, les moutons du village. Mais ce chien s'avérera bien plus gentil et civilisé qu'il le pensait. Il va l'appelé Belle et deviendra son meilleur ami. Mais il est obligé de jouer avec elle en se cachant des autres, qui ne veulent pas croire à son innocence: pour eux, Belle est folle, c'est tout. Cette histoire, c'est le quotidien d'un garçon orphelin qui passe son temps entre jouer avec un chien avec lequel il ne devrait pas être, échapper aux Allemands qui font régner la terreur, et espérer le retour de sa mère, qui se trouve là-bas, au-delà des montagnes... aux "États-Unis".

Genre:
Famille

Les personnages:
Tout d'abord, il y a:
Félix Bossuet



Sébastien, joué par Félix Bossuet. C'est un petit garçon débrouillard, que la vie n'a pas gâté.






Tchéky Karyo




César, l'homme qui a recueillis Sébastien. C'est un ivrogne, mais il n'en aime pas moins le garçon. Il est joué par Tchéky Karyo.




Margaux Chatelier
Dimitri Storoge




Angélina, jouée par Margaux Chatelier. C'est une femme débrouillarde, qui aime et aide Sébastien. Elle est amoureuse en secret du docteur Guillaume, joué par Storoge (à droite).





Andreas Pietschmann





Lieutenant Peter. C'est... ben, un lieutenant allemand. Il fait la cour à Angelina, qui le repousse car elle n'aime pas les gens de son espèce.





et pour finir, car c'est important même s'il n'a pas un grand rôle... et qu'il ne me disait rien comme je n'avais jamais regardé la série avant...
Mehdi


André, un berger du coin. Mais ce n'est pas le plus important. Ce qui est vraiment important, c'est qu'il est joué par Mehdi, l'acteur qui jouait Sébastien dans la série TV... il a donc bien grandi depuis...






Mon avis:
La musique:
Je commence par ce point car c'est le moins important. Pour être exacte, je ne me souviens plus vraiment des musiques, sauf d'une que je trouve très belle et touchante. Vous pouvez la trouvez facilement. D'ailleurs, voilà un lien ici. Elle va tout à fait avec l'esprit du film, empreint de nostalgie, de tristesse, mais aussi d'espoir.

L'histoire:
Je ne connais pas du tout la série TV, donc je ne peux pas comparer. Mais je dois avouer que je m'attendais à quelque chose d'un peu gnian-gnian. Or, ce n'est pas le cas, et j'ai trouvé l'histoire très triste et très belle. Le passé du petit garçon que l'on apprend petit à petit est très touchant, et le fait que les gens avec qui il vit lui mentent sur l'emplacement de sa mère fait mal au cœur. Pas parce-que c'est mal, au contraire, je trouve ça bien pour le garçon, mais voir comme il y croit et espère réellement la revoir, alors que l'on sait tous qu'au-delà des montagnes, il y a la Suisse et non les États-Unis (ou peut-être est-ce l'Angleterre, je ne me souviens plus de ce qu'ils font croire). Mais ce n'est jamais réellement dit au départ, et c'est très... touchant (oui, ça fait je ne sais pas combien de fois que je le dis, et alors ^^).

Dans l'histoire, j'ai bien aimé le côté historique aussi. Je ne sais pas s'il y est dans la série TV, mais ça donnait une profondeur, comme si ça pouvait exister réellement. Je ne sais pas trop comment dire, mais on se sentait plus impliqué que si ça se passait à une époque non définie, dans un lieu non défini lui aussi. Ça permet aussi des scènes vraiment très tristes, et des situations... je ne sais pas. Qui nous impliquaient peut-être ? C'est très dur d'écrire son ressenti, mais j'ai trouvé l'idée plus que bien. Vraiment.

Bien, sûr, et ce serait une erreur de ne pas parler de ça: les paysages. Les décors sont splendides, magnifiques, majestueux, et... je n'ai plus de synonymes. Mais je crois que vous avez compris, c'est absolument MA-GNI-FIQUE !! On pourrait ne regarder le film rien que pour ça !

Bon, je dois avouer... il y a aussi un point négatif: j'ai eu beaucoup de mal au début à comprendre qui étaient les personnages. Mais on apprend petit à petit, et on s'habitue. Donc ne n'est pas si grave que ça.

Ah, et aussi: j'ai bien aimé le fait que Belle soit toute sale au début, qu'elle soit à la limite du repoussant. À l'image de ce que croient les villageois. Et puis Sébastien la lave et elle devient toute belle, le poil magnifique. Elle se fait apprivoiser, et c'est très beau à voir.

Mon avis final:
Une histoire magnifique, qui m'a arraché quelques larmes, je dois bien avouer. Des décors à couper le souffle, des personnages attachants qui ne sont pas forcément ce que l'on croit, des scènes qui donnent des frissons. On s'inquiète pour les personnages, on est touchés par leurs histoires. C'est très beau, c'est très doux et à la fois très brut, c'est émouvant au possible. On pleure, on rit, on stresse, on en redemande. Sérieusement, regardez-le ! Je pense que personne ne peut rester indifférent devant ça.
Un énorme coup de cœur !!

samedi 24 mai 2014

Oksa Pollock tome2: "La forêt des égarés"

Couverture : Oksa Pollock, Tome 2 : La forêt des égarés
Oksa Pollock tome 2: "La forêt des égarés"
d'Anne Plichota et Cendrine Wolf
Éditions Pocket Junior
476 pages

4ème de couverture:
Gus a disparu !
Le meilleur ami d'Oksa s'est volatilisé ce matin au collège. Dans la mémoire de son portable, Oksa trouve la photo d'une femme étrangement familière. Qui est-elle ? Qu'est devenu Gus ?
Pour sauver son ami, la jeune fille va devoir révéler des secrets de famille dangereux et plonger dans un monde parallèle où la magie côtoie la peur.
Aidée par les irrésistibles Foldingots et la frileuse Devinaille, la jeune Gracieuse trouvera-t-elle à temps l'unique issue de la forêt des égarés ?
 
Mon avis:
La couverture:
Je la trouve plutôt belle. Le style est très doux, les couleurs harmonieuses... seulement, je ne m'imaginais pas Oksa comme ça, avec cette coupe de cheveux et ce visage aussi sévères. Gus n'est pas non plus comme je le pensais, mais il me va très bien comme ça.
 
Le livre:
C'est un livre qui était dans ma PAL depuis plus d'un an maintenant, et je rechignais à l'y enlevé, le premier tome m'aillant déçue. Et puis finalement je me suis lancé, et je dois avouer ne pas du tout le regretter.
 
L'histoire est beaucoup plus prenante que celle du premier tome à mon avis. Il y a plus d'actions, l'aventure est plus palpitante, et on s'inquiète beaucoup plus pour nos héros. De plus, l'écriture est beaucoup moins enfantine que pour le tome précédent, ce qui a fait que j'avais plus envie de lire la suite.
Bon... il reste quelques phrases ou réactions au niveau des personnages étranges et/ou plutôt moyennes, mais dans l'ensemble, c'est beaucoup mieux !
 
Pour les personnages, j'avoue être assez mitigée sur certains. La mère d'Oksa m'a bien plu, bien que moins présente, et sa grand-mère aussi. Abakoum, lui, est mon personnage préféré. C'est un homme dévoué mais qui reste dans l'ombre... et en plus, il peut se transformer ! J'ai bien aimé aussi Naftali et Brune, et aussi le couple Pierre et Jeanne, les parents de Gus. Et puis il y a Zoé que j'ai trouvé attachante (la fille dont les parents sont morts et qui a ensuite été recueillie par McGraw)...
Ça, c'est du coup de ceux que j'aime bien... Mais après, il y a Pavel, le père d'Oksa. Je ne saurais pas trop dire pourquoi, mais il m'a plutôt agacée. Il est dévoué, gentil... mais justement, je crois que je le trouvais beaucoup trop attaché (au sens propre, du genre avec un lien réel) à sa fille. Il la collait presque, et ça en devenait énervant. Mais à la limite, ce n'est pas trop grave.
 
Ceux, qui par contre, mon donné cet avis mitigé sur les personnages, sont Tugdual et Gus. Déjà rien que d'en leur opposition, mais aussi séparément. Commençons, justement, par leur opposition. Au début, j'ai trouvé ça intéressant. C'est basique, mais ça marche toujours. Oksa n'est pas trop sûre de ses sentiments ni pour l'un ni pour l'autre, et ça marche plutôt bien. Du coup, ils sont ennemis. Ça a commencé par une simple opposition ou ils se vannaient, se cherchaient... et puis ça a empiré. À ce moment, ça allait presque encore... Mais je ne sais pas. C'est devenu soûlant à force, qu'il se cherche toujours comme ça. C'était... exagéré. Voilà, c'est le mot: exagéré, et ça en devenait moins plausible et ça perdait aussi ce côté presque sympathique. Première raison, donc, pour laquelle j'ai un avis si mitigé sur ces personnages.
Et puis ensuite, chacun séparément:
Pour Gus, c'est un personnage que j'aime beaucoup. Mais ce qui m'a énervé ici, c'est son côté "Je suis un inutile, je ne suis pas un Sauve-Qui-Peut comme vous, je vous ralentis, et patati et patata". Je crois que ça m'énervait autant qu'Oksa ! ^^
Et pour Tugdual, c'est aussi un personnage que j'aime plutôt bien (bien mieux que dans le précédent tome !). Il est mystérieux, un peu étrange... mais aussi terriblement collant ! Un peu comme le père d'Oksa, si vous voulez !
Deux personnages, donc, que j'aime et n'aime pas en même temps...
 
Le dernier point dont je vais parler, c'est du changement de points de vue. La narration est certes à la troisième personne, mais le narrateur est interne... et les auteurs ne se sont pas dérangées pour le changer afin de montrer plusieurs côtés à cette histoire. J'ai aimé voir ce que faisait Merlin et les autres. Ça permet de rentrer plus dans les sentiments des personnages. De plus, les auteurs n'en abusent pas: on reste principalement du côté d'Oksa. Ce sont donc plus comme des bouffées de frais dans la narration qu'un perpétuel changement qui aurait pu perdre le lecteur.
 
Mon avis final:
Infiniment mieux que le tome précédent, il me donne très envie de lire la suite alors que j'avais plutôt abandonné l'idée. Le ton est beaucoup moins enfantin, même si certains moments sont peut-être un peu simples. Cependant, il y a de bonnes idées, les personnages sont dans l'ensemble attachants, et l'histoire est vraiment prenante: il y a de l'action, du mystère, du suspens...
Si, comme moi, vous n'avez pas trop aimé le premier tome et que vous hésitez à lire la suite, je vous conseille vraiment de lire ce tome-là. Pour les autres, qui avez déjà bien aimé le premier tome et bien... je pense (du moins j'espère) que vous adorerez celui-là ! En tous cas, ce fut mon cas. Un véritable :
 

vendredi 23 mai 2014

Avis série#2: Switched at birth

"Switched" ou "Switched at birth" selon les pays, série télé
Créée par Lizzy Weiss
en 2011 (est encore en production)
Elle comporte pour l'instant 3 saisons, qui ont chacune
30 épisodes pour la première saison puis une vingtaine pour les deux autres.
Ils durent chacun 42 minutes.

Présentation:
L'histoire:
C'est l'histoire de deux jeunes filles qui ont été échangées à la naissance. L'une des familles est aisée, l'autre plutôt moyenne financièrement. Dans la famille aisée, il y a Bay, là où devrait être Daphnée, dans l'autre, Daphnée, là où devrait être Bay. Daphnée est rousse, comme toute sa vraie famille, et Bay typée espagnole, comme sa vraie mère et sa vraie grand-mère. Mais elle découvre que son père (son vrai, pas celui avec lequel elle a grandi) est partit il y a longtemps, lorsqu'elle avait trois ans.
Daphnée, elle, est sourde depuis toute petite.
Lorsqu'elles apprennent la vérité, les deux familles décident de vivre ensemble, pour essayer de se connaître et de rattraper le temps perdu. Mais tout ne sera pas si simple, et il y aura de nombreuses disputes, des secrets dissimulés, enfin... tout ce qu'il faut pour faire une bonne série !

Genre:
Sur allociné, elle est classée dans Drame. Pourtant, même si le sujet principal n'est humoristique, ce n'est pas forcément un drame à mon avis... il y a beaucoup d'humour, et c'est traité avec légèreté. Donc non, pour moi, ce n'est pas un drame.

Les personnages:
Pour les principaux, il y a:
Katie Leclerc

Daphné Vasquez, jouée par Katie Leclerc. Elle est sourde depuis ses trois ans (comme l'actrice d'ailleurs), et va dans une école pour sourds. Elle sait parler, ce qu'elle fait en compagnie d'entendants, mais ne parle pas lorsqu'elle se trouve avec d'autres sourds. Avec eux, elle parle plutôt le langage des signes. Elle sait aussi lire sur les lèvres, ce qui l'aide à communiquer avec des entendants.


Constance Marie



Regina Vasquez, jouée par Constance Marie. C'est donc la mère de Daphné. Par sa mère biologique, non, mais celle du cœur. Elle a appris elle aussi le langage des signes lorsque sa fille est devenue sourde. Elle l'aime beaucoup, et ferait tout pour ne pas être séparée d'elle.




Sean Berdy


Emmett, joué par Sean Berdy. C'est le meilleur ami de Daphné. Ils se connaissent depuis qu'ils sont tous petits, entre autre parce-qu'ils sont sourds tous les deux. Il est persuadé qu'une relation amoureuse entre un entendant et un sourd ne peut pas marcher.






Du côté de l'autre famille, ce coup-ci:
Vanessa Marano




Bay Kennish, jouée par Vanessa Marano. C'est une artiste dans l'âme, mais à la langue parfois un peu trop fourchue. Elle vit plutôt mal la nouvelle que ses parents ne sont pas ses vrais parents.




D.W. Moffett


John Kennish, joué par D.W. Moffett. C'est un père protecteur, et qui n'aime pas se faire marcher sur les pieds. C'est principalement lui qui commande à la maison... si bien que je ne l'ai pas trop aimé, car il avait tendance à s'emporter un peu trop facilement à mon goût. John est un grand sportif, et il souhaite ardemment que ses enfants soient comme lui.



Lea Thompson



Kathryn Kennish, joué par Lea Thompson. J'ai adoré ce personnage car il est très attachant, et veut tout bien faire pour tout le monde. Elle ne souhaite blesser personne. C'est une mère très douce.



Lucas Grabeel



Toby Kennish, joué par Lucas Grabeel. Lui, c'est le frère de Bay. Ou son frère de cœur, comme vous voulez. N'empêche qu'ils ont été élevés ensemble, et qu'ils s'aiment beaucoup tous les deux. Il est un peu mis de côté depuis la nouvelle. Lui est plus musicien qu'artiste, contrairement à Bay. Il joue aussi pas mal au poker, ce qui lui a déjà value pas mal de mauvais tours.





Mon avis:
Les personnages:
Les personnages sont presque tous très touchants. Je les ai presque (oui, j'ai dit presque) tous aimé. Bien sûr, John Kennish fait l'exception. Je n'ai absolument pas aimé ce personnage. Il est trop campé sur ses idées à mon avis. Et il s'énerve un peu trop facilement. Sinon, j'ai bien aimé les autres. Il est vrai que j'avais un peu de mal avec Toby au début, et puis je m'y suis faite. Kathryn est de loin mon personnage préféré. Elle est attachante, douce, etc. A-do-rable ! Je disais pour Toby que j'ai dû m'adapter un peu, ce fut de même pour Bay. Qu'elle n'ait pas sa langue dans sa poche m'a un peu dérangé au début, et puis elle devient plus profonde, fragile parfois, et on se rend bien compte que ce n'est pas très facile pour elle.
Et pour finir... Daphne. Je l'ai adoré. Sûrement autant que Kathryn... non, à la réflexion un peu moins, mais ça frôle de rien du tout. Elle est... adorable, elle aussi. Et j'ai trouvé ça très intéressant de prendre une actrice sourde (ils ont fait la même chose pour Emmett). Ça rend la chose un peu plus vraie, plus réelle... et j'ai adoré !

L'histoire:
C'est une histoire avec un fond sérieux (l'échange des bébés), mais pleine d'humour. Il y a des moments plus tristes, d'autres plus drôles... La légèreté est donc au rendez-vous. Ce n'est absolument pas une série prise de tête, elle est faite pour se détendre. J'ai aimé les nombreux rebondissements, et le fait aussi que ce soit plus axée sur "Comment arrivent-ils à vivre après cette annonce ?" que sur l'échange en lui-même. On voit donc le quotidien de deux familles, qui petit à petit n'en devient plus qu'une. On y parle amour, amitié, surdité, famille...

En parlant de surdité, j'ai adoré ce côté-là. Le langage des signes, les écoles pour sourds, le rapport entendant/sourd. C'est très intéressant, enrichissant, et ça ouvre les yeux sur notre monde. Et c'est aussi plutôt bien fait: en voyant les signes faits de manière lente (car la famille Kennish va essayer d'apprendre le langage des signes, ou bien parce-que l'un des sourds cherche à se faire comprendre sans traducteur auprès d'un entendant), on apprend quelques signes: penser, étudier, aimer, etc. Et ça m'a même donné envie d'apprendre le langage entier. Je me dis que c'est injuste que les entendants ne fassent pas plus d'efforts pour comprendre les sourds. Ils pourraient apprendre leur langage. C'est donc "à cause" de la série que j'ai envie d'apprendre le langage pour pouvoir communiquer avec un sourd si jamais j'en crois un plutôt que de lui donner un effort supplémentaire, alors que ça ne doit pas être très drôle tous les jours d'être sourd.

Mon avis final:
Une série très sympathique. Ne vous attendez pas à de l'action, il n'y en a absolument pas ! C'est ici le quotidien de deux familles dont les enfants se sont fait échanger à la naissance. L'un d'eux est sourd. Plus une série de réflexion, donc.
À essayer, ne serait-ce que pour quelques épisodes.