Mes dernières chroniques

http://laviscoccinelle.blogspot.fr/2017/01/harry-potter-et-lenfant-maudit-theatre.htmlCouverture Sauveur et fils, tome 2Couverture La Passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l'hiverCouverture Minuit ! : 12 histoires d'amour à Noël

lundi 28 septembre 2015

C'est lundi, que lisez-vous ?... 28/09/2015


Ce rendez-vous a été initialement créé par Mallou.
Le récapitulatif se fait chez Galleane.

Nous y répondons à trois questions:

Qu'ai-je lu cette semaine ?

Cette semaine, j'ai lu:

"Sept jours pour une éternité" de Marc Levy, le premier Levy que je lisais, et ça a été une bonne découverte, même si le livre pourrait être encore mieux.

Couverture Sept jours pour une éternité

Que suis-je en train de lire ?

En ce moment, je lis:

En fait je ne l'ai pas encore commencé, mais je vais m'y mettre vu que c'est une lecture pour les cours que je dois avoir finis pour vendredi:
"L'ingénu" de Voltaire.


Que vais-je lire ensuite ?

Ensuite, je compte lire:

Encore une fois désolée, mais si je finis déjà cette lecture, je suis plutôt contente.

Bonne semaine à vous, et bonnes lectures !

À très vite,
Coccinelle

dimanche 27 septembre 2015

Sept jours pour une éternité

Couverture Sept jours pour une éternité
Sept jours pour une éternité,
de Marc Levy
Éditions Pocket Jeunesse
310 pages
 
4ème de couverture:
Pour mettre un terme à leur éternelle rivalité, Dieu et Lucifer se sont lancé un ultime défi...
Ils envoient en mission leurs deux meilleurs agents...
Lucas et Zofia auront sept jours sur terre pour faire triompher leur camp, décidant ainsi qui du Bien ou du Mal gouvernera les hommes...
En organisant ce pari absurde, Dieu et Lucifer avaient tout prévu, sauf une chose...
Que l'ange et le démon se rencontreraient...
 
Mon avis:
La couverture:
Bien que très jolie, elle représente selon moi trop le bien, en oubliant un peu le côté sombre de Lucas. À part ça, elle me plaît beaucoup !
 
Le livre:
Tout d'abord désolée d'avoir fonctionnée au ralenti cette semaine, j'essaierai d'être un peu plus présente la semaine prochaine...
 
C'était la première fois que je lisais du Marc Levy, en tous cas en roman, et la découverte m'a plutôt plu.
Le livre est divisé en jours, du jour un jusqu'au jour sept donc, une manière comme une autre de décompter le temps restant à nos deux héros pour leurs missions.
Quand je dis nos deux héros, en fait je pense à notre héroïne, Zofia, et l'antihéros Lucas... Car soyons honnêtes, qui pourrait apprécier quelqu'un comme lui ? Il est méchant, égoïste. Tout à fait diabolique en somme ! Et plein de promesse ! Je trouve cela dommage (Spoiler !) de l'avoir autant fait changer entre le début et la fin... pour moi, ce n'est pas très naturel.... (Fin du spoiler).
Zofia, elle, et bien, on l'aime dès le début ! Évidemment ! Elle aide énormément les gens autours d'elle, et je trouve que c'est un moyen assez subtile de nous rappeler que ce n'est pas si difficile que cela de faire le bien, et que si l'on s'y mettait tous, le monde serait bien mieux.
 
J'ai aimé le doute installé au début, où l'on n'est pas sûrs à 100% de l'identité des personnages, de leurs buts (même si évidemment, le résumé enlève de la surprise).
Les illusions à la religion ("avoir des ailes", un "regard d'ange" etc.) m'ont fait sourire plus d'une fois lors de ma lecture, entre autre car elles ne sont pas annoncées comme des clins d'œil ou des blagues: elles sont vraiment inclues dans le texte, pour notre plus grand plaisir !
 
Il y a une bonne ambiance de départ, parfois douce et parfois plus dure, qui s'étiole cependant petit à petit.
Et la complexité (bienvenue !) de certains éléments n'aident pas forcément à la rendre plus présente.
 
J'ai aimé voir comment Zofia et Lucas comptaient s'y prendre pour mener à bien leurs missions, et comment ils s'influençaient l'un l'autre, mais ce qui leur arrivait ne m'a pas touchée plus que cela... Je ne me sentais pas impliquée, entre autre car l'on ne sent pas suffisamment l'importance ni l'urgence de ce qu'ils font.
 
Mon avis final:
Ce premier Levy que je lis est une bonne découverte. Les personnages ont pas mal de potentiel (pas forcément très bien utilisé), le thème du bien et du mal est bien présent, les allusions à la religion sont plutôt marrantes et l'auteur ne se contente pas d'une base d'histoire basique pour amener ses personnages.
Mais la complexité de certains faits est peut-être justement trop importante...
Le plus "grave" est que je ne me sois pas sentie impliquée dans les événements, et que ce que faisaient les personnages ne me touchaient pas plus que cela.
Une lecture à la fois prenante et basique que je vous recommande.
 

lundi 21 septembre 2015

C'est lundi, que lisez-vous ?... 21/09/2015


Ce rendez-vous a été initialement créé par Mallou.
Le récapitulatif se fait chez Galleane.

Nous y répondons à trois questions:

Qu'ai-je lu cette semaine ?

Cette semaine, j'ai lu:

"Billie Fossette" de Sabrina Bensalah. Je l'ai presque finis d'ailleurs !
 Couverture Billie Fossette

"Mauvais fils" de Raphaële Frier, un sujet pas des plus évidents mais bien traité.
Couverture Mauvais fils

"Loin de Léo" d'Andréa Maturana et Francisco Javier Olea, un album très mignon et très bien pensé sur la séparation de deux meilleurs amis.
Couverture Loin de Léo

Que suis-je en train de lire ?

En ce moment, je lis:

"Sept jours pour une éternité" de Marc Levy.

Couverture Sept jours pour une éternité

Que vais-je lire ensuite ?

Ensuite, je compte lire:

Je n'en ai aucune idée...

Bonne semaine à vous, et bonnes lectures !

À très vite,
Coccinelle

Mes acquisitions... 21/09/2015


Quarante-septième "Mes acquisitions", voici...

Mes acquisitions du 21 septembre 2015 !

Salut à toutes et à tous !

Tiens, ça fait un moment que je ne vous ai pas fait de "Mes acquisitions" !
Je vais vite y remédier puisqu'aujourd'hui j'ai justement acheté deux "petits" bouquins.

Le premier est pour les cours, mais il m'a l'air personnellement très intéressant. Il s'agit de Le Diable au corps, de Radiguet qui relate l'histoire de deux amoureux de 15 et 18 ans pendant la première guerre mondiale.

Et le deuxième... en fait, ce n'est pas un roman, mais un livre de vulgarisation scientifique du nom de Tout ce qu'Einstein n'a jamais dit: la compil ! de Robert L. Wolke. Je l'ai déjà feuilleté et pour l'instant je trouve que les questions posées sont très sympas (et typiquement le genre de questions que je me pose en plus !) et pas mal expliquées !

Couverture Le Diable au corps

Merci à toutes les personnes grâce à qui j'ai pu rajouter ces livres à ma PAL ! ☼
Bonnes lectures à vous !

À très vite,
Coccinelle

dimanche 20 septembre 2015

Loin de Léo (album)

 Couverture Loin de Léo
 Loin de Léo,
d'Andrea Maturana et Francisco Javier Olea
Éditions Talents Hauts
48 pages
Sortie le 10 septembre

4ème de couverture:
Emma et Léo sont les meilleurs amis du monde.
Mais un jour, Léo doit déménager.
Peu à peu, Emma va comprendre que l'amitié résiste au temps.


Mon avis:
L'album:
Qui n'a jamais craint perdre quelqu'un à cause de la distance ou de classes différentes ? C'est à cette situation que doit faire face Emma, dont le meilleur ami, Léo, déménage à l'autre bout du monde.
J'ai été directement très sensible à la thématique, justement car elle est universelle et intemporelle et que chacun peut s'imaginer à la place de l'héroïne.
 
Je ne comprendrais d'ailleurs pas si vous me disiez ne rien ressentir pour cette petite gamine, car tout est fait pour qu'on l'adore !
Les dessins de Loin de Léo sont très beaux, plein d'une douceur enfantine. Les phrases, courtes mais pleines de sentiments, le sont également.
 
Il y a des symboles que l'on retrouve un peu partout au fil des pages et qui constituent en quelque sorte le fil conducteur.
Et le choix de ces symboles, que dire... ils sont juste parfaits !
Le plus flagrant d'entre eux est la représentation qui est faite de l'absence de Léo dans la vie d'Emma: un globe terrestre qui grandit ou rapetisse selon les moments. Pourquoi un globe terrestre ? Car il s'agit d'un cadeau de Léo à Emma et qu'il représente aussi la distance qui sépare les deux amis.
Pour continuer dans les planètes, les étoiles sont très nombreuses dans les doubles-pages.
Et je ne sais pas vous, mais je trouve cela particulièrement malin.
 
Les idées sont vraiment très intéressantes et intelligentes et permettent de relire sans problème l'album plusieurs fois pour bien le saisir.
Comme quoi, un bon album comme celui-ci peut se lire à tout âge, et parler à tout le monde.
 
Mon avis final:
Un très joli album au thème universel rempli d'idées excellentes, très joli et très bien écrit.
Loin de Léo peut faire son petit effet à tout âge tant il est riche ne serait-ce que dans sa narration.
 

Album reçu et lu en partenariat avec les éditions Talents Hauts, merci à eux !
(P.S: Mon avis est tout à fait sincère !)

vendredi 18 septembre 2015

Mauvais fils

Couverture Mauvais fils
Mauvais fils,
de Raphaële Frier
Collection Ego des Éditions Talents Hauts
95 pages
Sortie le 27 juillet 2015
 
4ème de couverture:
C'est pas le chantier qui me fait peur, Papa. Non, c'est pas le chantier, ni le patron. C'est ta manière d'en parler, avec ton espoir de me voir adopter, enfin, une posture de mec. Parce-que, tu ne le dis pas, mais tu trouves que je marche trop légèrement, hein ? Tu voudrais que je traîne avec une bande de vrais mecs, et t'as bien compris que je cours pas après Lella, n'est-ce-pas ? En fait, Papa, t'as un doute au fond de toi, quelque chose que tu sens, t'as pas de preuve mais tu ne peux pas t'empêcher de craindre le pire. C'est ça, qui me fait peur, en vrai.
 
Mon avis:
Le livre:
Mauvais fils est un livre qui dès le début m'a fait un peu peur. Peur car le sujet n'est pas facile et que je craignais de passer un peu à côté. C'est d'ailleurs pour cela que je ne l'avais pas demandé à la base dans les nouveautés de chez Talents Hauts, mais suite à une erreur de leur part je l'ai tout de même reçu, et du coup, lu.
 
Et bien je dois dire que je n'ai pas détesté... même si je n'ai pas toujours été très à l'aise avec le sujet (l'homosexualité).
Pourtant, l'on sait à quel point on entend des choses et d'autres, que ce soit au collège ou au lycée, et on ne peut malheureusement pas faire grand-chose pour les éviter. Autant dire que ce genre de vocabulaire et de pensées "sexuel", et bien, je connais. C'est simplement de le retrouver dans un livre de manière aussi crue qui me dérange un peu... même si pour le coup, on peut dire qu'il est presque légitime.
 
Ghislain est un jeune homme qui ne sait plus tellement où il en est. Le lycée ne l'intéresse pas, il ne s'imagine pas plus que cela un avenir, il en a par-dessus la tête des disputes fréquentes entre ses parents, a des problèmes de drogue... En bref, il se cherche encore, et n'est pas près de se trouver étant donné sa piètre opinion de lui-même: il se sent toujours de trop, et, tout simplement, se déteste comme il est.
Plus que se chercher, il cherche plutôt à s'accepter. S'accepter, mais surtout que ses parents l'acceptent comme il est. Car c'est cela qui lui fait le plus peur: décevoir ses parents par sa véritable "nature". Et c'est ce point-là qui m'a le plus mis à sa place, qui m'a le plus fait aimer le livre car je crois que cette peur de décevoir à cause de quelque-chose que l'on a fait ou de notre manière de penser, et bien, tout le monde connaît.
 
En dehors de ça, j'ai aimé l'histoire bien qu'elle s'accélère un peu brutalement à un moment, passant quelques semaines à une vitesse folle, et j'ai trouvé que certains passages sont particulièrement forts, visuels et expressifs, car on sent toute la tension des personnages et toute leur frustration.
 
Mon avis final:
Mauvais fils est rempli de très bonnes idées, d'un personnage attachant par ses sentiments universels (et je ne parle pas de sa sexualité mais plutôt de la gêne qu'il ressent et les difficultés qu'il rencontre) et de passages très forts car très visuels. Ce roman est court et facile à lire, donc même lorsque vous n'avez pas trop de temps, il est facile de le sortir, et ça, c'est quand même un point non négligeable.
En plus, il a reçu le soutien d'Amnesty International (si ce n'est pas la classe, ça !)

Par contre, je n'ai pas toujours été très à l'aise avec le sujet et la brutalité de certains passages m'ont parfois perturbée.
 

 
J'ai reçu et lu le livre en partenariat avec les éditions Talents Hauts (merci à eux !)
Mon avis est cependant tout à fait sincère

lundi 14 septembre 2015

Billie Fossette

 Couverture Billie Fossette
 Billie Fossette,
de Sabrina Bensalah, illustré par Caroline Ayrault
Collection Pépix des Éditions Sarbacane
192 pages
Sortie le 02 septembre

4ème de couverture:
Quand la turbulente Billie Fossette a eu l’idée de marcher sur le toit, ç’a été la bêtise de trop ! Alors, dès le lendemain, c’est avec sa valise que Billie arrive dans une ferme pour « enfants récalcitrants », tenue par les épouvantables Lamatraque.

De nombreuses corvées épuiseront Billie et de nombreux mystères titilleront sa curiosité : deux copains prénommés Baptistin et Brunella, un « collier de maïs magique », et un coq qui chante du Stromae !

En attendant le retour de ses parents qui ne donnent plus de nouvelles, Billie apprendra dans cette ferme étrange que les apparences sont trompeuses et que la nature est merveilleuse…


Mon avis:
Le livre:
L'humour est bien présent, juste de quoi rire et sourire avec Billie et ses amis (que j'ai bien aimé au passage !). Mais cet humour ponctué de ce qu'il faut d'inquiétude envers M. et Mme. Lamatraque rend la chose pas si enfantin que cela... car on est bien d'accord, des adultes comme ça qui terrorisent à ce point des "gamins", ça n'a rien d'amusant. Selon notre manière d'aborder les choses, cela peut même devenir grave.
 
Les dessins sont très marrants et ponctués de pleins de petits détails qui régalent les yeux, comme le sont souvent les illustrations de cette collection. Et, encore une fois comme il arrive souvent dans la collection Pépix, les changements de typo ponctuent le texte en le rendant plus vivant. Je ne sais pas vous, mais depuis Geronimo Stilton, je suis devenue fane de cette manière de faire. Et je ne m'en suis jamais lassée !
Avec très peu d'efforts dans un sens, on peut rendre un texte très expressif et très agréable à lire. Je crois que c'est un moyen pour garder les jeunes lecteurs dans l'histoire... et ça marche très bien !
 
Les noms caractéristiques des personnages et les bonus que l'on retrouve régulièrement contribuent au plaisir de la lecture.
L'originalité et les personnages loufoques que sont le coq qui parle et autres y ont leur part également.
 
Les seuls problèmes sont que le dénouement est trop prévisible (mais bien amené, donc c'est moins gênant) et que l'ensemble est... un peu trop bizarre pour moi !
 
Mon avis final:
Avec la collection Pépix, je m'attends toujours à quelque chose de drôle, frais, original, avec des typos et des dessins marrants, et quelques bonus pour pimenter le tout... je n'ai pas été déçue, puisque c'est exactement ce que j'ai eu !
Avec cependant un peu plus de frayeur que d'habitude puisque M. et Mme. Lamatraque ne sont pas ce que l'on peut appeler rassurants.
Les seuls problèmes sont pour moi (et c'est tout à fait personnel !) que le dénouement est un peu trop prévisible (pas de soucis, il le sera moins pour les enfants auxquels il est destiné), et que l'ambiance est trop... bizarre pour moi. En fait, elle est trop bizarre car située entre le "normal" et le "n'importe quoi", mais un "n'importe quoi" maîtrisé, si vous voyez ce que je veux dire...
À part ça, j'ai passer un bon moment !
 
Livre reçu et lu en partenariat avec les éditions Sarbacane
(mon avis est 100% sincère !)

C'est lundi, que lisez-vous ?... 14/09/1999


Ce rendez-vous a été initialement créé par Mallou.
Le récapitulatif se fait chez Galleane.

Nous y répondons à trois questions:

Qu'ai-je lu cette semaine ?

Cette semaine, j'ai lu:

"Mon papi peuplier" d'Adèle Tariel et Jérôme Peyrat, un très bel album sur la vie, la mort, et la famille reçu grâce aux éditions Talents Hauts.

Couverture Mon papi peuplier

"De rêves et d'eau" de Louyuling Ice et Heiba, encore un magnifique album, reçu grâce aux éditions Père Fouettard.

Couverture De rêves et d'eau

"Seuls au monde" tome 1, d'Emmy Labourne, un bon livre "fin du monde" qui ne m'a pourtant pas plus plu que cela (enfin je veux dire que ça a été une très bonne lecture, sans que ce soit la lecture du siècle non plus: un bon moment, mais qui ne restera sûrement pas dans la durée ^^').

Couverture Seuls au monde, tome 1

Que suis-je en train de lire ?

En ce moment, je lis:

"Billie Fossette" de Sabrina Bensalah. Je l'ai presque finis d'ailleurs !

 Couverture Billie Fossette

Que vais-je lire ensuite ?

Ensuite, je compte lire:

Je ne sais pas encore...

Bonne semaine à vous, et bonnes lectures !

À très vite,
Coccinelle

samedi 12 septembre 2015

Seuls au monde tome 1

Couverture Seuls au monde, tome 1

Seuls au monde tome 1,
d'Emmy Laybourne
Éditions Hachette
343 pages
 
4ème de couverture:
« Ta mère te crie que tu vas louper ton bus. Tu ne prends ni le temps de la serrer dans tes bras ni de lui dire que tu l’aimes.
Sauf que, si tu avais su que tu voyais ta mère pour la toute dernière fois, tu aurais pris le temps. Et tu regretterais de ne pas avoir raté ton bus."
 
La fin du monde débute comme un jour ordinaire où tout bascule soudain.
Une tempête de grêle. Un accident. Des morts. À peine le temps de retrouver ses esprits qu'il faut déjà courir, chercher un abri. Dehors, la menace plane toujours, contaminant l'air. La grêle n'était qu'un début...
Nous somme quatorze, pris au piège dans un centre commercial. À attendre une aide qui ne viendra jamais.
Nous sommes seuls au monde.
 
Mon avis:
Le livre:
Quand vous vous retrouvez avec deux heures d'études au lycée, rien à lire ni aucun devoir, vous faites quoi ? Ah, vous aussi ? Alors on est pareils, car oui, je passe au CDI emprunter un livre ! Et comme j'avais oublié d'emmener avec moi ma liste de "livres à lire qui sont au CDI", j'ai pris l'un des premiers romans qui m'est passé sous la main, soit: Seuls au monde !
 
J'avais peur de n'avoir à lire "qu'un" remake de Gone, et j'ai été finalement assez surprise de voir que ce n'est pas forcément le cas pour tout... même si on retrouve pas mal de choses en commun.
L'une des grandes différences est que les "rescapés" ne sont pas les uns contre les autres mais travaillent ensemble, qu'il y a beaucoup plus d'enfants (petits, je veux dire), et qu'ils ont encore pendant une partie du roman un lien avec l'extérieur (la télé).
 
Mais recommençons depuis le début !
Tout commence comme une journée basique, avec un personnage principal dont on ne connaît même pas le nom, et puis là: la catastrophe. À partir de là, les chapitres sont divisés en jours, ce qui permet de mieux se rendre compte du temps qui passe. C'était très fouillis, très chaotique, parfois très inquiétant, et ce un peu tout au long du roman. Et pour tout vous dire, je serais incapable de savoir si ça m'a plu ou non. On va de charybde en scylla du début à la fin, frôlant souvent la folie, ce qui laisse le lecteur en haleine, avec une envie de savoir qui lui fait dévorer les pages.
 
On ne peut plus avoir en confiance en quoi que ce soit. Cette impression s'est estompée par la suite, ce que je trouve plutôt dommage.
 
J'avais très peur au début d'être perdue avec tous ces personnages, mais étant donné qu'il ont des personnalités bien à eux, je m'en suis bien sortie, donc n'ayez pas peur !
Pourtant, même s'ils sont bien reconnaissables, en dehors des gamins, d'Alex et de Niko, je n'ai pas pu les supporter. Ils sont très violents, très égoïstes... Dean, le personnage principal, aussi !
Et puis j'ai trouvé qu'ils se remettaient de tout ça un peu trop facilement. Deux d'entre eux ont eu des réactions plus appropriées (je ne vous dis pas qui pour vous laisser la surprise) mais le reste, même s'il leur arrive de craquer, sont à nouveau comme neuf au bout de quelques heures à peine... Bref, pas très crédible tout ça...
 
Et pour terminer, la fin. Elle s'annonçait bien à quelques pages à peine, mais il y a eu un dernier retournement de situation qui m'a finalement un peu déçue...
Cela n'enlève cependant rien au fait que j'ai très envie de lire la suite !
 
Mon avis final:
J'ai aimé le principe, bien que pas très original, et les différentes péripéties qui ne laissent pas le lecteur tranquille. On s'habitue assez vite aux différents personnages, qui ne sont, malheureusement, pas très sympathiques ! J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher à eux en dehors des enfants qui pour le coup sont extras.
J'ai très envie de lire la suite !
 

vendredi 11 septembre 2015

De rêves et d'eau

Couverture De rêves et d'eau
"De rêves et d'eau"
de Louyuling Ice et Heiba
Éditions Père Fouettard
56 pages
 
4ème de couverture:
Au milieu d'une vaste étendue d'eau, une fillette vit seule dans une maison sur pilotis. Un matin, elle plonge dans les vagues et entreprend un voyage merveilleux jusqu'à une île colorée et lumineuse...
 
Mon avis:
L'album:
Lorsque j'ai vu la couverture dans les nouveautés Père Fouettard, je me suis tout de suite dis qu'il me le fallait. Et lorsque je l'ai reçu, je n'ai pas arrêté de la regarder, sans jamais m'en lasser. Ce n'est pourtant qu'il y a quelques jours que je me suis vraiment lancée, et... je ne m'attendais pas du tout à ça !
 
La thématique de l'unique océan sur Terre m'a tout de suite emballée. Probablement car le sujet est actuel, et qu'il est mené de façon mignonne alors même que le fond est tragique.
 
Le début est terne (les seules touches de couleurs provenant du globe terrestre de l'héroïne), et alors que la petite fille vit sa vie jour après jour, les cases en forme de pellicule de film montrent bien la redondance de son quotidien, comme si elle s'ennuyait à toujours faire la même chose.
Elle vit dans ses souvenirs, dans ses espoirs, dans ses rêves qu'elle écrit, dessine et roule dans des bouteilles, comme des appels de détresse. Pourtant, à aucun moment le ton est trop accablant. Il n'arrive à nos yeux que les douces paroles d'une enfant qui se sent un peu seule.
C'est cette double lecture, que l'on retrouve aussi dans les dessins, qui m'a tant plu, entre autre: le fait qu'il n'y ait rien d'agressif dans ce "conte" mais qu'en y regardant de plus près on peut sentir une mélancolie et une tristesse sans pareils. La manière d'amener les choses a cette douceur et cette brutalité qu'ont les paroles naïves des petits, et mon cœur s'est serré plus d'une fois durant ma lecture.
 
Et puis, lorsqu'un jour elle plonge dans les vagues, elle tombe dans un monde coloré, plein de vie: celui qui existait avant la catastrophe (on ne sait en fait pas vraiment ce qu'il s'est passé, mais on peut supposer qu'il y a eu une catastrophe). Un monde qui en parallèle rend encore plus lamentable celui de notre gamine, mais qui lui laisse de l'espoir, et d'une certaine manière, de la joie de vivre.
 
Je mentirais si je prétendais que cet album ne m'a rien fait.
Mais je mentirais aussi si je le jugeais facile à comprendre pour les plus jeunes. N'ayant pas pu tester avec un ou une petit(e) fille/garçon, je ne peux pas vous dire ce que cela donne en lisibilité, mais il est vrai que je trouve "De rêves et d'eau", à la poésie typiquement asiatique, peut-être un poil compliqué. À moins que vos enfants aient l'habitude de poser des questions, ou qu'ils prennent cette histoire simplement au premier degré, je ne sais pas.
 
Mon avis final:
"De rêves et d'eau" est un conte asiatique, aux textes et aux dessins magnifiques. L'évolution des couleurs est très intéressante et très belle à voir !
Le plus surprenant reste le ton tout gentil de l'héroïne qui contredit en quelque sorte sa vie et son monde. Une "double-lecture" qui m'a pincé le cœur plus d'une fois.
Il est simplement dommage (mais je juge sans vraiment connaître) que le sujet soit aussi compliqué, et peut-être du coup un peu trop pour les enfants, à qui l'album s'adresse.
 
  
Livre reçu et lu en partenariat avec les éditions Père Fouettard

mercredi 9 septembre 2015

Mathieu Hidalf tome 1: "Le premier défi de Mathieu Hidalf"

Couverture Mathieu Hidalf, tome 1 : Le premier défi de Mathieu Hidalf
 Mathieu Hidalf tome 1: "Le premier défi de Mathieu Hidalf"
de Christophe Mauri
Editions Gallimard Jeunesse
256 pages

4ème de couverture:
À tout juste dix ans, Mathieu Hidalf est une légende. Sa spécialité ? Gâcher l'anniversaire du roi par une bêtise effroyable. Même s'il doit pour cela compromettre son rêve le plus cher : entrer à la célèbre école de l'Élite. Mais cette année, la fête risque de tourner au drame : les redoutables frères Estaffes ont rompu un serment magique et menacent de tuer le roi. C'en est trop pour Mathieu Hidalf : il ne laissera personne saboter à sa place le royal anniversaire !

Mon avis:
Le livre:
Avant toute chose, il faut savoir que j'avais déjà lu ce roman il y a quelques années, et qu'à cause de mon âge (pourtant c'est assez enfantin), ou de mon état d'esprit du moment je ne sais pas, je n'avais pas tellement accroché... à la limite du "je n'aime pas" pour vous dire.
Mais comme je ne savais pas trop quoi lire et que je voulais quelque-chose d'assez rapide avec la rentrée, je l'ai ressorti de ma bibliothèque, et là: grosse surprise !

Pour vous dire un petit peu l'histoire, Mathieu Hidalf est un garçon tout ce qu'il y a de plus... turbulent ! Les bêtises sont son dada, et, avec ses sœurs, il ne manque jamais une occasion de faire tourner son père en bourrique. Tous les quatre sont du coup très rusés, avec Mathieu largement en tête. Bien que doué d'un caractère bien trempé, je trouve que pour un personnage principal il manque cruellement d'intérêt, l'élément le plus intéressant étant la préparation de la bêtise, que l'on ne découvre qu'à la fin.
Juliette d'Or, Juliette d'Argent et Juliette d'Airain sont des personnages qui m'ont bien plu, mais il est vrai que l'intelligence hors norme de Juliette d'Airain m'a fait la préférer au reste du groupe.

L'ensemble est plutôt drôle, avec l'opposition historique entre les Soleliens et la famille des Hidalf; les paris sur la bêtise de Mathieu; et Monsieur Hidalf, incapable de faire quoi que ce soit seul et les nombreuses oppositions qu'il entretient avec son fils. Sa manière de mettre Mathieu à l'écart a contribué à ce qu'il est la tête de l'Oncle Vernon dans mon esprit.

Le principe est plutôt marrant, promet de bons moments, et le choix de l'époque, entre moderne et médiévale forme un mélange saisissant; par contre, quel dommage (!), de nombreux éléments de l'histoire restent en suspens ou sont très peu utilisés. J'aurais aimé connaître un peu plus l'élite par exemple, qu'il se passe plus de choses du côté de l'attaque des frères Estaffes, que les jumelles baby-sitters Violette soient moins vite expédiées...
La trame de fond est mise en place, et tout ce suspens donne envie de lire la suite, nous sommes d'accord, pourtant j'ai l'impression que le livre a été coupé au mauvais moment. En bref, j'ai été profondément déçue de ne pas plus ressentir l'anxiété provoquée par les frères Estaffes que cela, comme si une fois le premier soir passé on pouvait à nouveau s'amuser et passer du bon temps. Il y a comme un manque de crédibilité selon moi.

Mon avis final:
Une lecture bien meilleure que celle que j'ai faite il y a plusieurs années !
Pourtant, encore maintenant, je vois derrière l'humour, l'intelligence et l'inventivité de l'histoire des petits problèmes. Sans parler de Mathieu que je n'ai pas apprécié, j'ai trouvé cela bien dommage de ne pas plus parler de certains éléments cruciaux de l'histoire, d'ailleurs évoqués dans le résumé (comme l'élite, ou les frères Estaffes).
Un détail qui m'a empêchée d'être tout à fait transportée.