samedi 24 septembre 2016

Avis films #18: Les Suffragettes, Beowulf, Jean-Philippe

Bonjour à toutes et à tous !
Ça fait très trop longtemps que je n'ai pas fait d'avis films, et je suis donc d'autant plus heureuse de vous retrouver aujourd'hui pour vous en faire un !

Je crois que le dernier article du genre remonte à il y a plus d'un an, donc vous vous doutez bien que j'ai eu le temps d'en voir, des films, depuis. Comme je ne me souviens pas suffisamment bien de chacun d'entre eux, j'ai fait une sélection que je vous présenterai sur plusieurs articles.

Commençons avec Les Suffragettes. C'est un film de 2015 que j'ai vu il y a un an déjà dans le cadre scolaire en anglais. Comme son nom l'indique, on y parle des Suffragettes britanniques, ces femmes courageuses qui ont osé se battre pour leurs droits peu de temps après la Première Guerre Mondiale. C'est un aspect de l'histoire qui m'intéresse énormément. J'aime découvrir comment des gens se sont battus par le passé, j'aime me rendre compte de la force qui les a guidés. Et ici, j'ai été servie. Le combat de ces femmes est véritablement exceptionnel. On ne cherche pas à cacher les violences, causés par les deux camps, ni les injustices. Le discours n'est pas neutre, évidemment, mais à le mérite d'exposer des faits intéressants historiquement. Le personnage principal est inventé mais les grands événements, eux, ne le sont pas, ce qui donne encore plus de crédit à l'histoire. Sans m'être particulièrement attachée au personnage principal, je me suis sentie concernée par la cause défendue par ces Suffragettes (probablement par mon statut de "femme") et attaquée par les regards parfois suffisants que les hommes posaient sur elles.
Je tiens à mentionner la fin du générique qui rappelle les dates auxquelles les femmes de différents pays ont pu commencer à voter. J'ai été choquée de voir/me rappeler, que dans certains pays, ce n'était pas encore le cas.
En bref, c'est un film très intéressant, très prenant, à voir, évidemment. En plus, l'actrice de Bellatrix (Helena Bonham Carter) y a un rôle. Je me dois de remercier ma prof d'anglais sans qui je ne l'aurais peut-être jamais vu.
"Never surrender; never give up the fight !"

Changeons tout à fait de genre pour parler un peu de Beowulf, la version de 1999. C'est un film fantastique d'action qui se veut inquiétant, presque horrifique. Je crois que c'est le premier film de et avec Christophe Lambert que je vois. On me l'a présenté comme un très mauvais long métrage, donc je l'ai regardé en en attendant du très mauvais. C'est le cas, mais j'avoue qu'il y a une certaine ambiance et que le rendu final n'est pas si désagréable que cela à regarder. Le problème, c'est que... il a trop de défauts, vraiment. Les scènes sont parfois abracadabrantes, les moments d'action sont ridicules par leurs chorégraphies et leurs musiques dignes d'une soirée en boîte, les réactions des personnages sont par moment... bizarres et nous ne parlerons pas des effets spéciaux. Le tout manque en fait cruellement de sérieux et de structure.
À éviter si vous ne voulez pas "perdre une soirée", mais à envisager si vous souhaitez passer un moment avec des potes ou de la famille devant un nanar que vous pourrez critiquer pour vous amuser.

Je change encore une fois de genre pour vous présenter Jean-Philippe, même si je pense que pas mal d'entre vous en ont déjà entendu parler. L'histoire ? Fabrice, un fan inconditionnel de Johnny Hallyday, se retrouve soudain dans un monde parallèle dans lequel Jean-Philippe Smet n'est jamais devenu chanteur et donc jamais connu. Sa collection de tous ses disques et autres goodies a disparu et avec elle sa raison de vivre. Sa vie n'est plus la même. Ne pouvant se résigner, il va tout faire pour retrouver Jean-Philippe et l'aider à devenir la star qu'il aurait du être.
Fabrice, joué par Fabrice Luchini est très convaincant, l'histoire très sympa et les clins d'œil à d'autres acteurs amusants. Je n'aime pas spécialement Johnny Hallyday, je ne connais que les plus connues de ses chansons, et j'avais du coup un peu peur de me retrouver devant une pub gigantesque pour cet artiste. Il se trouve que je n'avais pas à m'en faire. Il est certes plus ou moins le centre de tout, sans pour autant faire de l'ombre aux autres acteurs et à l'histoire. Celle-ci tient la route et l'ensemble est bien amené. On sourit plus d'une fois et l'on se laisse prendre d'affection pour ce pauvre Fabrice qui se retrouve dans un monde qu'il ne connaît pas. J'en suis ressortie avec le sourire, et avec, j'avoue, quelques rêves en tête.

Je ne pensais pas que l'article serait aussi long...
Je vais le couper maintenant, et je reviendrai dans quelques jours pour la suite afin d'éviter de faire trente pages ^^

À très vite,
Coccinelle

2 commentaires:

  1. Je ne connais pas les deux derniers, mais qu'est-ce que j'ai aimé les sufragettes <3 je l'ai trouvé passionnant ! Le résumé que tu fais du film Jean-Philippe me fait rire, je ne connaissais pas x)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'avantage avec Les Suffragettes, c'est quand même temps de passer un excellent moment, on en apprend plus sur l'histoire ;)
      Tu me diras si tu le regardes ^^

      Supprimer