mercredi 11 avril 2018

À lire - Mangas: L'orchestre des doigts tomes 1 à 4, d'Osamu Yamamoto

Bonjour bonjour !
Oula mais ça fait beaucoup trop longtemps que je ne vous ai pas fait d'articles, ça ne va pas du tout ! Je vais rattraper cela de ce pas en vous parlant d'une saga que j'ai déjà lu il y a quelques temps et que j'avais bien aimée.
(pour lire la suite, appuyez suite "Continuer la lecture")


Ne vous arrêtez pas à l'aspect un peu ancien des couvertures et au style typique des vieux mangas qui, il faut se l'avouer, n'attirent pas forcément au premier coup d'oeil, car L'orchestre des doigts nous raconte, derrière son titre énigmatique, une histoire touchante et éducative. Venez découvrir à travers ces quatre tomes la vie, légèrement romancée, d'un grand homme japonais au début du XXème siècle qui s'est battu pour soutenir l'enseignement de la langue des signes malgré les nombreuses critiques à laquelle elle devait faire face. En effet, à cette époque, les sourds étaient considérés comme déficients mentalement par la plupart des habitants et la langue des signes représentaient une preuve visuelle de leur handicap. Une honte, donc, pour leur famille, lorsque les pauvres enfants sourds souhaitaient s'exprimer par ce biais dans la rue. Montrer à tous que sa progéniture est sourde ? Quelle horreur !

Cette saga, c'est ça: la rencontre d'un musicien avec un groupe de jeunes sourds dont il deviendra le professeur et grâce auxquels il réussira à apprendre leur magnifique langue mimée, son soutien à tous ces élèves pour leur ouvrir les portes du monde sans les restreindre au rang d'handicapés, son combat pour soutenir une langue qui manque de disparaître lorsque l'on découvre qu'il est possible d'apprendre aux sourds à parler (vocalement), la vie et surtout, beaucoup d'amour et de tolérance.

J'ai commencé à lire cette saga sans rien en attendre. Je l'ai prise à la bibliothèque un peu sur un coup de tête, mais alors qu'est-ce-que j'ai bien fait !

Il se dégage une tendresse toute particulière de ces pages, tant et si bien qu'à la fin de la lecture on se sent enveloppé de bonté. Vraiment.
Ne serait-ce que par la représentation qui est faite de la langue des signes. À un moment de l'histoire, le personnage principal raconte en effet une histoire à la classe, de manière signée et... il y a tant d'émotions dans ce moment ! Il y a une puissance dans les images de ce langage, c'est incroyable (en tous cas, c'est l'impression que cela fait lorsqu'on lit la saga). Mais ce n'est pas tout !
Les enfants sont adorables, remplis de bonté, de sympathie et d'ouverture vers l'autre. On les suit dans leur vie quotidienne, on les suit dans leurs problèmes et on découvre avec eux l'actualité pas toujours rose du Japon. Cette proximité que l'on a avec eux est assez plaisante, car encore une fois propice à de nombreuses émotions. Prenons le début, tiens. On fait à ce moment-là la rencontre d'un petit garçon qui n'arrive à communiquer ni avec ses camarades, ni avec les "entendants"... dont sa mère. Cette frustration le plonge dans une colère presque permanente. Mais ! Lorsqu'il découvre la langue des signes, il découvre avec elle toute une partie du monde qu'il ne connaissait pas alors, et alors que la relation qu'il entretenait jusqu'alors avec sa mère était assez chaotique, ils parviennent petit à petit à se comprendre et à nouer quelque chose de fort et d'unique. Simplement émouvant.

Au-delà de l'histoire avec un petit "h" de toutes ces vies, cette saga présente bien un aspect pédagogique en plus. Et oui, car apprendre à accepter les autres malgré leurs différences, c'est important, car apprendre un peu d'Histoire du Japon, c'est intéressant, et car découvrir les événements qui ont appartenu plus spécifiquement aux vies des sourds et malentendants de l'époque grâce à des dossiers en fin de tomes, c'est passionnant.

Vous l'aurez compris, ces quatre tomes de L'orchestre des doigts a été une bonne découverte. Pas un coup de coeur, mais quand même. Si vous avez l'occasion, je vous conseille vraiment à le lire. 

L'orchestre des doigts tomes 1 à 4, d'Osamu Yamamoto
240 pages environ chacun, Collection Kanko des Éditions Milan
(en-tête: Photo by freddie marriage on Unsplash)

3 commentaires:

  1. L'histoire sort de l'ordinaire avec un sujet moyennement abordé, j'ai bien envie de la découvrir :) !! Merci beaucoup^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien ! J'avais été agréablement surprise par le thème, donc je suis contente de te faire découvrir ce manga ^^

      Supprimer
  2. Merci pour la découverte, je ne connaissais vraiment pas ce manga. Vu ce que tu en dis, ça a l'air intéressant, pour les sujets mis en avant.

    RépondreSupprimer